Saulnier Marguerite

Saulnier Adrien

Année de nomination : 1995      Dossier n° 6569 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marguerite Saulnier (née Dachaux)
Date de naissance :
Date de décès : 29/08/2003
Profession : Employée de maison, mère d'1 enfant
Particularité : Information non disponible

M. Adrien Saulnier
Date de naissance :
Date de décès : 08/07/2000
Profession : Technicien en radiologie
Particularité : Diplomé de l'ecole navale

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 21 juin 1995
Lieu : Hôtel de ville de Besançon ()

Personnes sauvées

Mme Françoise Fahri

M. Daniel Fahri

Mme Jacqueline Ribeiro Alves ( née Sevi)

M. Albert Sevi

Mme Mathilde Sévi

Mme Lucienne Zoltan (née Fahri)

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

A l’été 1942, Adrien et Marguerite Saulnier, qui venaient de se marier, s'installèrent dans le 16ème arrondissement à Paris, près de la Porte de Saint-Cloud. Adrien était radiologue et son épouse femme au foyer. Dans l'abri anti-aérien de l'immeuble, où ils étaient descendu pendant un bombardement, les Saulnier firent la connaissance de leurs voisins les Sevi, Juifs originaires de Turquie. Leur fillette, Jacqueline, qui avait sept ans, tremblait de peur; les parents avaient l'air très inquiets. Marguerite leur demanda si elle pouvait faire quelque chose pour eux. Ils répondirent qu'ils n'avaient pas peur des bombardements, mais d'être arrêtés et déportés parce qu'ils étaient juifs. La jeune femme déclara spontanément que son mari s'occuperait de trouver à la petite Jacqueline un abri sûr, hors de Paris. Adrien Saulnier allait souvent voir ses parents qui habitaient Besançon, dans le Doubs. En septembre 1942, il réussit à trouver dans cette ville une famille d'accueil pour la fillette et se chargea lui même, malgré le danger, de l'escorter jusque chez les Wurth (q.v.). L'enfant vécut chez eux jusqu'à la Libération. La situation à Paris s'aggravant, les Sevi décidèrent de se cacher en grande banlieue. Ils déménagèrent en grand secret, après avoir confié leurs effets personnels et leurs biens les plus précieux aux Saulnier. Lorsque la police vint les arrêter, elle trouva l'appartement désert et aux trois quarts vide. Au début de l'année 1944, les Sevi se sentirent une nouvelle fois en danger et demandèrent à Adrien de les aider à trouver un refuge en province. Le jeune médecin persuada un maçon de Mouthiers-Hautpierre, non loin de Besançon, de leur louer une pièce dans sa maison, puis il escorta les Sevi vers leur nouvelle demeure. Peu de temps après, il retourna les voir pour leur apporter une somme importante que lui avait remise un ami de M. Sevi. Adrien et Marguerite vinrent également au secours de la famille Farhi, des Juifs d'origine turque eux aussi. Mme Farhi avait fait la connaissance de Marguerite alors que toutes deux faisaient la queue devant un magasin d'alimentation. Elle lui raconta qu'elle avait réussi à trouver une famille d'accueil hors de Paris pour ses deux aînés, mais qu'elle était angoissée pour sa petite fille, qui n'avait que six mois. Adrien fit une fois encore appel à des parents qui vivaient à Besançon, les Allenbach (q.v.) qui acceptèrent de s'occuper de la petite Françoise Farhi. Vers la fin du mois de novembre 1943, le radiologue prit le train de nuit avec le bébé qui dormait, tout emmitouflé, dissimulé dans un panier rempli d'objets divers. Personne ne le remarqua. Quelques semaines plus tard la police effectua une descente chez les Farhi. Seul le mari y était présent. Il prit la fuite par l'escalier de service. Un policier fit feu, l'atteignant d'une balle à la hanche. Il réussit néanmoins à se traîner jusqu’à la porte des Saulnier. Marguerite, qui était seule avec sa petite fille, lui ouvrit et lui fit un pansement de fortune. Ce faisant, elle risquait sa vie car la police aurait pu suivre la piste de M. Farhi, qui saignait abondamment, jusqu'à chez elle.

Le 25 avril 1995, Yad Vashem a décerné à Adrien et à Marguerite Saulnier le titre de Juste parmi les Nations.

 

Jacqueline Sevi Jacqueline Sevi Les sauveurs et les sauvés