Roux Rose

Année de nomination : 1995      Dossier n° 6715 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Rose Roux
Date de naissance : 29/11/1919
Date de décès : 26/02/2006
Profession : Agricultrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Nicolas-de-Véroce
Département : Haute-Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 février 1999
Lieu : Sallanches ()

Personnes sauvées

M. Maurice Zelty

Lieux de mémoire

Jardin Rose Roux
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Les six enfants de la famille Zelty se retrouvèrent seuls au monde après l'arrestation de leurs parents en 1942. Ils furent répartis parmi des membres de leur famille. Maurice, né en 1932, fut pris en charge par son oncle et sa tante qui vivaient à Paris. Ce couple de Juifs trés pratiquants s'en remettait à la Providence et ne fit rien pour se protéger. Le jeune Maurice décida donc de tenter sa chance. En juillet 1943, muni de sa carte d'alimentation sur laquelle il avait fait une tache pour cacher le mot "Juif", il se mit en route pour Lyon où l'un de ses frères vivait chez d'autres parents. Là, une organisation communiste le plaça chez les Roux. Il demeura dix-huit mois chez eux. Clémence, qui était veuve, vivait avec ses deux fils et ses deux filles dans une ferme à St. Nicolas du Véroce (Haute-Savoie) à proximité de la frontière avec la Suisse et l'Italie. Au début, les Roux ne savaient pas que l'enfant était juif; lorsqu'ils s'en aperçurent, leur attitude ne changea pas. Rose, qui avait alors vingt-deux ans, s'attacha particulièrement au jeune garçon et s'en occupa avec dévouement. L'un des fils Roux avait réussi à échapper au Service du Travail Obligatoire en se faisant incorporer dans les Chantiers de Jeunesse créés par le régime de Vichy. Maurice, convaincu que cet uniforme était celui de la milice, vivait dans la hantise d'être arrêté en dépit des assurances de Rose et de Clémence. Ce n'est que bien des années après la guerre qu'il comprit la différence. Devenu adulte, il rechercha la famille qui l'avait sauvé et surtout Rose. Lorsqu'il la retrouva, il apprit qu'elle avait appartenu pendant la guerre à une organisation de secours catholique qui s'occupait de jeunes réfugiés et d'enfants juifs en fuite. Rose et sa mère, qui avaient pris des risques graves pour sauver Maurice, avaient agi par conviction religieuse, à titre purement bénévole et sans chercher la moindre contrepartie.

Le 9 août 1995, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Rose Roux le titre de Juste parmi les Nations.