Ménard Roger

Ménard Madeleine

Année de nomination : 1995      Dossier n° 6901 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Roger Ménard
Date de naissance : 29/11/1904
Date de décès : 03/12/1950
Profession : Instituteur, Secrétaire de Mairie
Particularité : Information non disponible

Mme Madeleine Ménard
Date de naissance :
Profession : Institutrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Mauves-sur-Huisne
Département : Orne
Région : Basse-Normandie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 19 juin 1997
Lieu : Mairie de Tours (37000)

Personnes sauvées

M. Serge Ferrand

Mme Claudine Ferrand

M. Isidore Nabedrick

Mme Claudette Nabedrick

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Roger Ménard vivait avec sa femme Madeleine à Maure-sur-Huisne (Orne). Ils étaient tous deux instituteurs à l'école du village, et, comme c'était souvent le cas, l'instituteur était également le secrétaire de mairie. En 1942, le docteur Nabedrick, un jeune dentiste juif, arriva au village avec sa femme et leur toute petite fille. Il cherchait un asile, mais aussi un endroit où il pourrait exercer son métier. Conformément à la loi, il alla se faire enregistrer à la mairie. Il espérait obtenir des papiers sans la mention "juif" qui lui rendrait impossible l'exercice de sa profession. Roger Ménard lui remit de faux papiers et le dentiste ouvrit un cabinet. Seul Roger et sa femme savaient qu'il était juif. Ils avaient dit à tout le monde que les nouveaux-venus étaient des membres de leur famille, qui avaient dû quitter leur domicile sur la côte bretonne parce que les Allemands y construisaient des fortifications. Cet été là, le père du dentiste, resté à Paris, fut arrêté puis déporté en Allemagne. Sa mère se retrouva seule. Il fut décidé que toute la famille - soit la mère, le frère, la grand-mère, la belle-mère, l'oncle et les deux cousins de M. Nabedrick - viendrait se réfugier à Maure sur Huisne. Ainsi fut fait. L'un des deux cousins, Serge Ferrand, qui avait alors onze ans, témoigna après la guerre qu'il avait fréquenté l'école communale pendant deux ans, jusqu'à la Libération. Les Ménard avaient procuré à tout le monde des faux papiers et des cartes d'alimentation - à l'insu du maire, collaborateur notoire. Lorsque les gendarmes commencèrent à poser des questions, les Ménard s'en tinrent à leur version habituelle. Quelqu'un dénonça pourtant le dentiste, l'accusant d'exercer sans permis. Il "disparut" alors, se cachant dans le grenier des Ménard où il vécut jusqu'à la fin de l'Occupation. Ce n'est qu'alors qu'il apprit que Roger et Madeleine faisaient également partie de la Résistance, et qu'ils avaient risqué leur vie pour les sauver.

Le 25 décembre 1995, Yad Vashem a décerné à Roger et Madeleine Ménard le titre de Juste parmi les Nations.

 

Roger et Madeleine MENARD