Chabert Maria

Boulade Ernest

Gay Emma

Année de nomination : 1996      Dossier n° 7177A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Maria Chabert (née Boulade)
Date de naissance : 14/10/1906
Profession : Fermière
Particularité : Information non disponible

M. Ernest Boulade
Date de naissance : 01/11/1900
Date de décès : 1980
Profession : Fermier
Particularité : Information non disponible

Mme Emma Gay (née Boulade)
Date de naissance : 30/05/1910
Profession : Fermière
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Réalmont
Département : Tarn
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 1 juillet 1997
Lieu : Domicile de la personne sauvée (75016)

Personnes sauvées

Mme Fanny Garrigues (née Silberstein)

M. Isidore Silberstein

Mme Nicole Silberstein

Mme Judith Silberstein (née Farber)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Ernest Boulade et ses deux soeurs, Emma Gay et Maria Chabert, tous paysans, vivaient à Lafenasse, village situé près de Réalmont (Tarn). La famille Silberstein y arriva au début de l'année 1943. Ces Juifs originaires de Turquie dont ils avaient la nationalité, avaient fui Paris au début de l'Occupation et s'étaient réfugiés à Marseille. Lorsque les Allemands occupèrent la zone sud, ils quittèrent la ville. Ils louèrent une petite maison sans eau courante à Lafenasse. Ernest Boulade fit leur connaissance en venant leur proposer des oeufs. Ils sympathisèrent et le fermier leur promit de les aider en cas de besoin. La situation des Juifs dans la région devenant dangereuse, Madame Silberstein quitta Lafenasse avec ses deux enfants - une petite fille de quinze jours et son aînée qui ne marchait pas encore - pour se se réfugier chez des parents à Réalmont. Son mari Isidore trouva refuge, avec ses amis Albino et Samy Sarfaty, dans le grenier de la porcherie de Rose Cahours (q.v.). Une nuit, Ernest Boulade vint leur rendre visite. Il repartit avec Isidore, qui souffré beaucoup des conditions de vie dans sa cachette et de la proximité des porcs. Il le ramena dans sa ferme, La Combessie, où Isidore resta plusieurs semaines. Le fermier pourvoyait à ses besoins et assurait la liaison avec sa femme et ses filles qui étaient cachées non loin de là. Toutefois Isidore, déprimé et souffrant, avait besoin de soins et de calme. La famille décida donc se réunir et loua à cet effet une maison isolée dans le village voisin de Carente. La maison n'avait pas l'eau courante et, de surcroît, était infestée de rats. La famille ne put survivre que grâce à la générosité et au courage des soeurs d'Ernest, Emma et Maria. Malgré le danger, elles rendaient visite régulièrement aux réfugiés, leur apportaient des fruits frais et particulièrement du lait de la ferme pour les deux petites, et s’attardaient pour bavarder. Grâce à leur soutien sans faille et à leur amitié les Silberstein purent tenir jusqu'à la Libération.

Le 4 août 1996, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Ernest Boulade et à ses soeurs, Emma Gay et Maria Chabert, le titre de Juste parmi les Nations.