Menthonnex Georgette

Menthonnex Joseph

Année de nomination : 1996      Dossier n° 7188 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Georgette Menthonnex (née Rolland)
Date de naissance :
Date de décès : 14/07/1976
Profession : Directrice et propriétaire d'un pensionnat catholique Clairefontaine
Particularité : Chrétienne

M. Joseph Menthonnex
Date de naissance :
Profession : Directeur et propriétaire d'un pensionnat catholique Clairefontaine
Particularité : Chrétien

Localisation

Localite : Autrans
Département : Isère
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 septembre 1997
Lieu : Conseil Economique & Social Paris (75116)

Personnes sauvées

Mme Sabine Bloch (née Bloch)

Mme Irène Dukase

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Georgette Menthonnex   Joseph Menthonnex Joseph et Georgette Menthonnex dirigeaient "Clairefontaine", un pensionnat catholique, à Autrans (Isère) sur le plateau du Vercors. L'établissement accueillait 20 écoliers ainsi que les quatre enfants du couple. En octobre 1943, les Menthonnex embauchèrent Sabine Bloch et son amie Irène Dukase, l'une comme professeur et l'autre comme surveillante. Les deux jeunes femmes, des juives d'Alsace, avaient dû quitter leur domicile à l'arrivée des Allemands; depuis, elles erraient avec leurs familles à travers le sud de la France, sous de fausses identités. A Clairefontaine, où personne ne savait qui elles étaient, Sabine et Irène connurent la paix. Cependant la région du Vercors fourmillait de maquisards et au printemps de 1944, les Allemands lancèrent une grande offensive pour les éliminer. Un détachement arriva à Autrans et se mit à contrôler maison après maison. Sabine Bloch vint trouver Georgette Menthonnex et lui révèla que, son amie et elle étant juives, elles devaient partir pour ne pas mettre tout l'établissement en danger. Georgette affirma qu’il n’en était pas question. Bien que consciente du péril, elle déclara tout net : "Cette maison est la vôtre et vous y resterez jusqu'à la fin de la guerre." Dans son témoignage après la Libération, Sabine raconte avec émotion que les Menthonnex avaient fini par la traiter comme leur fille aînée, la grande soeur de leurs quatre enfants. Elle noua avec Monique, l'aînée, une amitié fidèle. Monique, pour sa part exprima sa reconnaissance envers les deux femmes qui lui avaient appris tant de choses. Joseph et Georgette avaient admis plusieurs enfants juifs dans leur école et embauché leurs parents comme enseignants. Ils avaient agi par conviction religieuse. Aux côtés des fugitifs qu'ils cachaient, ils connurent l'angoisse et la peur alors que les troupes allemandes sillonnaient le Vercors où les combats faisaient rage.

Le 10 juin 1996, Yad Vashem a décerné à Joseph et à Georgette Menthonnex le titre de Juste parmi les Nations.