Lachaise Lucien

Année de nomination : 1996      Dossier n° 7222 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Lucien Lachaise
Date de naissance : 23/02/1901
Date de décès : 30/01/1999
Profession : Propriétaire d'une manufacture de plastique à Caluire pdt la guerre, affecté à l'établissement de cartes ultra secrètes pour la défense anti-aérienne
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Caluire-et-Cuire
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 13 avril 1997
Lieu : Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon (69007)

Personnes sauvées

M. Pierre Borodaty

M. David Borodaty

Mme Sarah Borodaty (née Ulman)

M. Gluck

Mme Anka Grinszpan (née Frankel)

M. René Grison (né Grinszpan)

M. Nusbaum

Mme Nusbaum

M. Marcel Polterman

Mme Huguette Seniak (née Borodaty)

Mme Thérèse Stulzaft (née Polterman)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Lucien LACHAISE Lucien Lachaise avait une manufacture de plastique à Caluire, dans la banlieue de Lyon (Rhône) et habitait l'immeuble voisin. Pendant la guerre, il fut affecté à l'établissement de cartes ultra-secrètes pour la défense anti-aérienne. Démobilisé à l'armistice, il rentra chez lui. Devant la pénurie de matières premières consécutive à l'Occupation, il fut contraint d'arrêter sa production et transforma les locaux de la manufacture en appartements de location. Lorsque les Allemands occupèrent le sud de la France en 1942, des officiers, qui avaient appris par un traître ses activités à l'armée, vinrent lui rendre visite. Ils lui offrirent une forte somme pour leur dresser des cartes. Il refusa immédiatement. Malgré le danger, il n'hésita pas à louer plusieurs appartements à des Juifs venus se réfugier dans la région. Grâce à son ami Laurent Ziegler, un voisin qui était officier de police, il était informé de ce qui se préparait contre les Juifs. Il prévenait ses locataires des rafles prévues, et les aidait, quand il le pouvait, à dénicher d'autres cachettes. Parmi les Juifs qui trouvèrent asile chez Lucien Lachaise, l’on peut citer les Borodaty (des Parisiens qui lui avaient été adressés par un ami commun), les Grinspan, les Gluck et les Polterman. L'abbé Spann lui envoya une famille; le prêtre l'aida à trouver des refuges pour plusieurs familles et procura de faux papiers à leurs enfants. La famille Nusbaum, qui était pourchassée par les Allemands, fit de son côté appel à Lucien Lachaise vers la fin de 1942. En pleine nuit, il les conduisit dans une cabane isolée, appartenant à son beau-frère, située dans un village des alentours. Ils s'y cachèrent pendant un certain temps. Les locataires de M. Lachaise n'étaient pas à l'abri du danger. Un jour, les Allemands firent une descente dans un immeuble voisin : Lucien Lachaise eut tout juste le temps de prévenir ses protégés de fuir. Huguette Borodaty, qui n'était qu'une enfant pendant la guerre, évoqua plus tard l'ambiance chaleureuse qui régnait, malgré la tension, dans le bâtiment, occupé presque exclusivement par des Juifs. "M. Lachaise était un gaulliste de la première heure. C'était un homme très discret, sinon secret. Sa femme était avenante et sympathique, très bonne cuisinière, car l'odeur de ses gâteaux remplissait toute la cour. D'après mes souvenirs, nous vivions libres dans la propriété de ce Monsieur."

Le 14 juillet 1996, Yad Vashem a décerné à Lucien Lachaise le titre de Juste parmi les Nations.