Haut Georgette

Haut Henri

Moulin Etienne

Année de nomination : 1997      Dossier n° 7479 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Georgette Haut (née Moulin)
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

M. Henri Haut
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

M. Etienne Moulin
Date de naissance :
Date de décès : 2004
Profession : Information non disponible
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 18 mai 1998
Lieu : Ambassade d'Israël à Paris 75008 ()

L'histoire

Henri et Georgette Haut

 Pendant l'Occupation, Henri et Georgette Haut, qui vivaient à Paris, donnèrent asile au jeune Lazare Pytkowicz. Toute la famille Pytkowicz - le père, la mère, Lazare, qui avait alors quatorze ans, et sa grande soeur, qui en avait seize- fut arrêtée lors de la grande rafle du 16 juillet 1942 et enfermée au Vel d'Hiv. L'adolescent réussit à s'échapper et se rendit chez Jean Haut, son camarade de classe. Il raconta à Henri et Georgette Haut ce qui était arrivé à ses parents. Georgette l'accueillit à bras ouverts et déclara : "Désormais j'ai un fils en plus". Mais après avoir vu, peu de temps après, les grandes affiches menaçant des peines les plus lourdes quiconque cacherait des Juifs, Lazare, inquiet pour ses hôtes, se fit admettre dans un centre d’accueil pour adolescents juifs tenu par l'UGIF. Découvrant que la police venait y arrêter des jeunes, il s'échappa et retourna chez les Haut. A la fin de l'année 1942, Etienne Moulin (q.v), le frère de Georgette, qui habitait Alger, vint rendre visite à sa soeur. Il fut décidé que Lazare repartirait avec lui car il serait plus en sécurité en Algérie. Les deux voyageurs furent arrêtés lors de leur passage à Lyon. Le jeune juif réussit à s'échapper, fut repris mais s'enfuit une nouvelle fois et revint chez les Haut en juillet 1944. Cette fois, il demeura chez eux jusqu'à la Libération. Lazare resta lié de longues années durant avec ses sauveteurs.

Le 13 mars 1997, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Henri et Georgette Haut le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Etienne Moulin

Etienne Moulin, jeune homme d'affaires établi à Alger, vint voir sa soeur Georgette Haut (q.v.) à Paris en décembre 1942. La jeune femme et son mari hébergeaient un adolescent juif de 14 ans, Lazare Pytkowicz, qui, arrêté avec ses parents et sa soeur lors de la grande rafle du 16 juillet 1942 puis interné avec eux au Vel d'Hiv, avait réussi à s'en échapper. Les trois adultes décidèrent que le fugitif serait plus en sécurité à Alger avec Etienne Moulin. En partant, Etienne Moulin, qui faisait de la Résistance, fit un détour par Lyon pour y rencontrer d'autres résistants. Il fut arrêté et déporté à Buchenwald. Resté seul, Lazare effectua plusieurs missions pour la Résistance, faisant office de courrier. Il fut capturé lui aussi par les agents de Klaus Barbie et jeté en prison. Il réussit à s'enfuir, fut repris, s’évada de nouveau et retourna chez les Haut, à Paris, où il arriva en juillet 1944. Il y demeura jusqu'à la Libération. Etienne survécut à Buchenwald et rentra en France après la guerre. Lazare et lui avaient noué une profonde amitié. Etienne Moulin devint Président Directeur Général des Etablissements Monoprix, et Lazare Pitkowicz reçut un emploi dans cette entreprise.

Le 13 mars 1997, Yad Vashem a décerné à Etienne Moulin le titre de Juste parmi les Nations.