Mayoud Maurice

Année de nomination : 1997      Dossier n° 7634 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Maurice Mayoud
Date de naissance : 10/12/1917
Date de décès : 23/04/1993
Profession : Cafetier, exploitant agricole
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Laurent-de-Chamousset
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 mars 1999
Lieu : Hôtel de Ville de Lyon ()

Personnes sauvées

M. Prosper Abou

M. Moïse Abou

M. Jacques Abou

Mme Monique Abou

Mme Louise Abou (née Cohen Bacri)

M. Lucien Bacri

M. René Bacri

Mme Suzanne Bacri

Mme Anna Dahan

M. Israël Zemmour

M. Maurice Zemmour

Mme Esther Zemmour (née Cohen Bacri)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Maurice Mayoud, qui habitait Saint-Laurent-de-Chamoussey (Rhône) était propriétaire du café-restaurant "La Carrière de la Patte" et d'une petite ferme contiguë. Dans une baraque située dans la cour de cette ferme il cacha près de vingt Juifs : la famille Zemmour, de Lyon, ainsi que les Dahan, les Abou et les Cohen-Bacri de Saint-Fons - familles d'ouvriers des usines Rhône-Poulenc. Un certain nombre d'entre eux avaient fait la connaissance de Maurice Mayoud alors qu'ils venaient se ravitailler à Saint-Laurent pendant les premiers mois de l'Occupation. En août 1942, la police de Vichy procéda à des arrestations de Juifs dans la zone sud. Des Juifs de Saint-Fons se réfugièrent alors à Saint Laurent, tandis que leurs épouses continuaient à travailler à l'usine pour nourrir leur famille. Les enfants venaient à la ferme apporter à leur père argent et tickets d'alimentation. La situation s'aggrava avec les ravages commis par un collaborateur, surnommé Le Boiteux, à Saint-Fons. Au printemps 1944 Prosper Abou, douze ans, jouait dans la rue, lorsqu'une voiture s'arrêta devant sa maison. Le Boiteux et sa maîtresse en sortirent et se dirigèrent vers l'appartement des Abou. Ils en redescendirent encadrant la mère de Prosper et sa grande soeur. Toutes deux furent déportées. A la suite de ce drame, les femmes commencèrent elles aussi à chercher refuge, avec leurs enfants, dans la ferme Mayoud. Les adultes, qui n'avaient pas de faux papiers d'identité, n'osaient plus sortir et les enfants effectuaient divers travaux pour gagner un peu d'argent afin de nourrir leur famille. Il se trouva des gens pour avertir Maurice Mayoud, sur un ton menaçant, qu'on savait qu'il cachait des Juifs. Il continua courageusement à leur donner asile. La soeur de Prosper survécut aux camps mais sa mère y fut assassinée.

Le 5 septembre 1997, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Maurice Mayoud le titre de Juste parmi les Nations.