Bersano Suzanne

Bersano Joséphine

Année de nomination : 1997      Dossier n° 7721 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mlle Suzanne Bersano
Date de naissance : 03/02/1923
Profession : Propriétaire d'une pension de famille
Particularité : Catholique

Mme Joséphine Bersano (née Zai)
Date de naissance : 17/03/1895
Profession : Propriétaire d'une pension de famille
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : Uriage-les-Bains
Département : Isère
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Charlotte Bermot (née Gryka)

Mme Marie Gryka

Mme Maria Lapidas

Mme Sylvie Szwagier (née Lapidas)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Joséphine Bersano était propriétaire de la pension Sans Souci dans la station thermale d' Uriage (Isère). A partir de l'année 1943, elle loua chambres et appartements meublés dans son établissement à des Juifs qui avaient fui Bruxelles, Paris ou Nice. La région, sous contrôle italien de novembre 1942 à septembre 1943, était considérée comme relativement sûre pour les Juifs. Au cours de cette période, deux familles parisiennes arrivèrent à la pension : M. et Mme Gryka et leurs trois fillettes et Maria Lapidas avec Sylvie, sa fille de sept ans. Joséphine Bersano et sa fille Suzanne les accueillirent avec chaleur et sympathie. Grâce à elles Maria Lapidas trouva un emploi de masseuse dans un établissement de cure. Conformément à la loi, Joséphine Bersano portait le nom de tous ses locataires sur le Livret des Logeurs, que la police contrôlait chaque mois. Le 6 février 1944, une unité de l'armée allemande effectua un raid dans la ville. Les dames Bersano qui se rendaient à la messe du Dimanche, rencontrèrent un groupe de prisonniers de guerre italiens qui leur dirent que les Allemands arrêtaient tous les Juifs de la région. Prétextant avoir oublié quelque chose, les deux femmes rentrèrent précipitamment à la pension et avertirent les locataires juifs, les pressèrent de se cacher sans tarder dans les caves du bâtiment. Lorsque les Allemands arrivèrent, ils ne trouvèrent que Mme Gryka, qui n'était pas encore descendue. Déportée, la jeune femme ne revint pas des camps de la mort. Après la guerre, ses trois filles évoquèrent la terreur des longues heures dans la cave où, de nombreuses personnes se serraient pendant la rafle. Les Allemands ont arrêté et déporté quatre-vingt Juifs d'Uriage. Le lendemain, les Bersano trouvèrent des cachettes dans les villages et les montagnes voisines et tous leurs locataires purent s'y réfugier.

Le 23 septembre 1997, Yad Vashem a décerné à Joséphine Bersano et à sa fille Suzanne le titre de Juste des Nations.