Duguet Emile

Année de nomination : 1997      Dossier n° 7843 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Emile Duguet
Date de naissance : 02/04/1891
Date de décès : 19/02/1974
Profession : Directeur d'un home d'enfants "la Maison Joyeuse"
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Gérardmer
Département : Vosges
Région : Lorraine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 17 juin 1999
Lieu : Mairie de Roussillon (84220)

Personnes sauvées

Mme Mireille Bloch (née Fuchs)

M. Alain Freund

Mme Blanche Freund (née Haenel)

Mme Hélène Fuchs (née Raffel)

M. Théodore Haenel

M. Raymond Haenel

Mme Pauline Haenel (née Gougenheim)

M. Pierre Wolff

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Emile Duguet dirigeait l'établissement "La Maison Joyeuse", un home pour enfants dans la station estivale de Gérardmer (Vosges). Le 15 mars 1944, une vague d'arrestations s’abattit sur les Juifs qui vivaient dans la région, pour la plupart réfugiés d'Alsace. Le mari d'Hélène Fuchs lui dit de s'enfuir immédiatement avec leur petite Mireille, quatre ans, pendant que lui-même organiserait la fuite de ses parents, de sa belle-mère et de quatre autres parents. Il n'en eut pas le temps. Les Allemands se montrèrent plus rapides et toute la famille fût arrêtée et déportée vers les camps de la mort, dont personne ne revint. Hélène, partie à bicyclette avec la fillette sur son porte-bagage, se sauva à travers les champs couverts de 30 cm de neige. Emile Duguet les vit, leur fit signe de stopper et les conduisit à la Maison Joyeuse. Il les cacha dans le grenier, où se trouvaient déjà Pierre Wolff et quatre membres de la famille Haenel, dont un petit garçon de quatre ans. La police allemande, aidée par la milice française, eut beau ratisser la région, elle ne les découvrit pas. Emile Duguet veilla avec sollicitude sur ses protégés, venant même, pour les rassurer, passer les soirées avec eux. Grâce à ses contacts dans la Résistance, il leur fournit à tous de fausses cartes d'identité qui leur permirent de rejoindre Lyon par le train. Après la Libération, plusieurs des survivants sont intervenus pour faire décerner la Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur à Emile Duguet. Ce dernier refusa, affirmant que son action n’avait pas été motivée par un désir de récompense. Tous ceux dont il avait sauvé la vie restèrent en contact avec lui jusqu'à sa mort.

Le 5 novembre 1997, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Emile Duguet le titre de Juste parmi les Nations.