Ledier Marie

Année de nomination : 1997      Dossier n° 7855 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Ledier
Date de naissance :
Profession : Fermière
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Courtomer
Département : Orne
Région : Basse-Normandie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 23 mai 1998
Lieu : Courtomer (61390)

Personnes sauvées

M. André Borenstein

M. Jacques Borenstein

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Bornstajn, Elja, sa femme et leurs deux garçons André et Isaac (Jacques) habitaient à Paris. Elja avait quitté la capitale en 1942 pour rejoindre les Forces Françaises Libres (la 2ème DB) après avoir connu les geôles espagnoles (Miranda del Ebro) pendant plus d’un an. Après les arrestations massives de Juifs dans la capitale en juillet 1942, Madame Bornstajn avait cherché un refuge pour ses enfants et s’était adressée à Marie Ledier, qui cachait déjà son beau-frère, et hébergeait plusieurs autres Juifs dans une grange et quelques bâtiments de ferme inutilisés.

Marie et Léon Ledier étaient fermiers à Courtomer dans le département de l’Orne. Mobilisé en 1939, Léon fut fait prisonnier et resta en captivité en Allemagne pendant toute la guerre. Sa femme dirigea alors seule la ferme. Les deux filles du couple étaient dans un pensionnat catholique à Alençon.

A l’automne 1942, Marie Ledier donna asile aux deux frères Bornstajn, André âgé de cinq ans et Jacques âgé de trois ans. Marie Ledier s'occupa des enfants Bornstajn comme s'ils étaient les siens, allant jusqu'à envoyer du ravitaillement à leur mère restée à Paris. A la différence des paysans de la contrée, Marie Ledier critiquait ouvertement l'hypocrisie de la hiérarchie catholique qui se désintéressait des souffrances des Juifs et soutenait le régime d'Occupation. En 1944, elle voulut inscrire André et Jacques à l'école de la paroisse. Le curé mit comme condition que les enfants soient baptisés. Marie refusa et les garda chez elle jusqu’au moment où Madame Bornstajn reprit ses enfants. A la Libération, les garçons retrouvèrent leur père rentrant avec la 2ème DB.

Après la guerre, les Bornstajn restèrent liés d'amitié avec Marie Ledier, son mari Léon rentré de captivité en 1945 et sa famille. Pour André et Jacques, Marie Ledier était une femme extraordinaire.

 

Le 27 novembre 1997, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Marie Ledier.