Naffrechoux Léontine

Naffrechoux François

Année de nomination : 1998      Dossier n° 7929 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Léontine Naffrechoux
Date de naissance :
Profession : Fermière
Particularité : Information non disponible

M. François Naffrechoux
Date de naissance :
Profession : Fermier, Maire
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Clussais-la-Pommeraie
Département : Deux-Sèvres
Région : Poitou-Charentes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 10 juin 1998
Lieu : Mairie du IV ième ardt Paris ()

Personnes sauvées

M. Israël Schaechter

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

François et Léontine Naffrechoux avaient une ferme à Chevais, un hameau isolé relevant de la commune de Clussais (Deux-Sèvres) dont M. Naffrechoux était maire. En 1944, le couple hébergea le docteur Israël Schaechter, dont la femme, Elly, était chrétienne. Avant la guerre le médecin vivait à Saint-Avold (Moselle) près de la frontière allemande. En septembre 1939 toute la population de la région fut évacuée. Les Schaechter se réfugièrent à Couhe-Vérac (Vienne) où ils se firent de nombreux amis, notamment François Azenor, gendre des Naffrechoux, garagiste dans cette localité. En janvier 1944, François Azenor rencontra un soldat allemand qui cherchait l'adresse du docteur. Il prévint immédiatement ce dernier qui s'enfuit sans délai. Lorsque les soldats arrivèrent peu après, Elly déclara que son mari était parti au ravitaillement à la campagne. Mme Azenor, fille du maire du Clussais, demanda alors à ses parents d'accueillir le médecin et sa femme. Ils acceptèrent généreusement et, la nuit venue, les Schaechter furent conduits chez eux. Ils y vécurent jusqu'à la Libération, le couple veillant sur eux avec sollicitude. Le maire apportait également son soutien aux résistants de la région ainsi qu'aux jeunes réfractaires du STO en Allemagne. Un de ces fugitifs fit un jour appel à lui : sa femme avait besoin de soins médicaux d'urgence mais craignait de s'adresser à un hôpital du fait de sa situation irrégulière. Le maire fit soigner la jeune femme par le docteur Schaechter.

Le 26 janvier 1998, Yad Vashem a décerné à François et Léontine Naffrechoux le titre de Juste parmi les Nations.

 

François (2° à gauche) et Léontine (3° à droite) NAFRECHOUX