Renou Jean

Année de nomination : 1998      Dossier n° 8182 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Père Jean Renou
Date de naissance : 20/08/1903
Date de décès : 01/10/1977
Profession : Père missionnaire en Extrême-Orient
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Dormans
Département : Marne
Région : Champagne-Ardenne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 8 juillet 1999
Lieu : Chez la personne sauvée ()

Personnes sauvées

Mme Nicole Gizard (née Lévy)

Mme Levy

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Père Jean Renou Le père Renou avait été missionnaire en Extrême-Orient. Pendant l'Occupation, il vécut dans une propriété située près de Dormans (Marne). C'est dans ce village qu'étaient venus se réfugier les Lévy, des Juifs d'Epernay. En novembre 1942, des gendarmes français vinrent arrêter la grand-mère, qui était veuve. Internée à Drancy, elle fut déportée à Auschwitz dont elle ne revint pas. Le 4 janvier 1944, des voisins des Lévy, qui sympathisaient avec la Résistance, vinrent les avertir que tous les Juifs du département allaient être arrêtés. La famille quitta précipitamment le village. Quand les Allemands trouvèrent leur maison vide, ils déclenchèrent une chasse à l'homme. M. Lévy demanda alors l'aide du père Renou, qui accepta de placer les deux enfants du couple, des fillettes, dans des abris sûrs. Les parents, eux, réussirent à franchir la ligne de démarcation, qui existait toujours bien que toute la France fut désormais occupée, pour se réfugier au sud où ils pensaient être plus en sécurité. Le père Renou prit le train pour Paris avec les deux soeurs, âgées de 13 et 9 ans. Pendant quinze jours, elles passèrent d'une famille à une autre. Le prêtre finit par leur trouver une place dans une institution pour enfants juifs à Izieu (Ain). Le jour où il devait prendre le train pour les accompagner, la R.A.F bombarda la gare de Lyon, la mettant hors service pour plusieurs jours. Compte tenu de cette situation, le père Renou confia les deux petites à l'orphelinat des soeurs de Saint-Vincent de Paul à Paris. Après quoi il dut lui-même se cacher, car il avait été dénoncé pour son aide aux deux enfants juives. Il ne retourna donc pas à Dormans mais continua à veiller au bien être des deux soeurs. Les religieuses leur racontèrent que leurs parents avaient été tués et qu'elles devaient se faire baptiser. Mais le prêtre vint rassurer les enfants, leur affirma que leurs parents étaient sains et saufs et qu'il n'était pas question de baptême. La famille Lévy se retrouva au complet après la Libération. Nicole Lévy, l'une des deux filles, resta fidèlement en relations avec le père Jean Renou, qui l'avait sauvée elle et sa petite soeur, jusqu'à sa mort en 1977.

Le 22 octobre 1998, Yad Vashem a décerné au père Jean Renou le titre de Juste parmi les Nations.