Bastide Germaine

Bastide René

Année de nomination : 1998      Dossier n° 8259 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Germaine Bastide (née Cazalet)
Date de naissance : 13/09/1898
Date de décès : 25/08/1979
Profession : Infirmière dans un sanatorium
Particularité : Information non disponible

M. René Bastide
Date de naissance : 06/02/1895
Date de décès : 10/01/1988
Profession : Inspecteur d'académie, instituteur, Journaliste
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Romans-sur-Isère
Département : Drôme
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 juin 1999
Lieu : Mairie de Montpellier ()

Personnes sauvées

M. Fernand Kauffmann

Mme Marguerite Kauffmann

Mme Wihelmine Lévy

M. Bruneau Lévy

M. Alexandre Lévy

M. Rolland Lévy

Mme Alice Lévy

M. Joseph Lévy

Mme Jeannine Lévy

Mme Lise Lévy

M. René Lévy

Mme Denise Lévy (née Picard)

Mme Claude Maurer (née Lévy)

Mme Marcelle Nicolas (née Lévy)

Mme Adrienne Picard

M. Daniel Picard

M. André Picard

M. Jacques Vatel

M. Georges Weil

M. Robert Weil

Mme Hélène Weil (née Kauffmann)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

René Bastide, inspecteur d'Académie, habitait à Romans sur Isère (Drôme) avec sa femme Germaine, qui était infirmière dans un sanatorium, et leur fille Lucile. Le spectacle de centaines de milliers de personnes jetées sur les routes de l'exode en juin 1940 les émut profondément. C'est pourquoi lorsque André et Marcelle Picard, des Juifs de Dôle (Jura) qui s'étaient enfuis avec leur fils Daniel, leur demandèrent un toit, les Bastide mirent à leur disposition la maison qu'ils avaient achetée pour s'y installer plus tard, ne demandant qu'un loyer symbolique. Bientôt des liens d'amitié se nouèrent entre les deux familles. En novembre 1942, les Allemands ocupèrent le sud de la France, tandis que Romans passait sous occupation italienne. Une quinzaine de membres de la famille Picard vinrent se réfugier dans la ville, et notamment les Lévy, les Kauffmann et les Weil, trois jeunes couples avec des enfants. Les Bastide les prirent sous leur protection. Cette tâche devint plus difficile en septembre 1943 lorsque les Allemands occupèrent l'ex-zone italienne. La situation des Juifs devint dramatique. Conscient du danger, René Bastide aménagea une retraite pour les réfugiés adultes dans une ferme isolée un peu éloignée de la ville; par ailleurs il fit usage des pouvoirs que lui a décernéient ses fonctions pour inscrire tous les enfants juifs, sous de fausses identités, dans les écoles de la ville. En 1944, il y eut, sur le plateau voisin du Vercors, de violents combats entre les maquisards et les Allemands, qui lancèrent un raid sur Romans et arrêtèrent de nombreux Juifs ainsi que des sympathisants de la Résistance. Prévenu à temps, René Bastide avertit les Juifs cachés dans la ferme ainsi que les trois Picard, qu'il hébergea chez lui. Tous les Juifs que les Bastide avaient pris en charge ont survécu à l'Occupation, à l'exception de René Picard qui avait rallié une unité de partisans et qui tomba au champ d'honneur. Après la guerre, les relations d'amitié entre les Bastide et tous ceux qu'ils avaient sauvés ainsi que leurs enfants se poursuivirent de longues années durant.

Le 11 novembre 1998, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à René et Germaine Bastide le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Le témoignage

Denise Lévy-Picard, née en 1909, habitait Paris et possédait avec son mari un magasin de vêtements. Un gérant aryen est nommé. Ils partent en zone libre, dans la maison d'une amie en Haute Garonne. Ils sont providentiellement avertis de devoir " disparaître " dans les 24 heures. Ayant changé d'identité, ils peuvent rejoindre le frère de Denise, à Romans. Là ils sont accueillis chaleureusement par la famille Bastide, qui déménage pour leur laisser leur appartement.
En 43 le danger se précise. Grâce aux relations de Germaine Bastide, qui travaille au Dispensaire de Romans, toute la famille peut se cacher dans deux fermes des environs. René Bastide, instituteur, quant à lui, inscrit les enfants sous de faux noms dans divers établissement publics. En outre, il s'occupe des affaires financières de M. Picard, lui permettant ainsi de disposer d'un peu de revenus. Les Bastide ont également sauvé d'autres familles juives.


Lucy Causse fille des Justes recevant la distinction en l'honneur de René et Germaine Bastide