Bacle Gabriel

Bacle Angèle

Année de nomination : 1998      Dossier n° 8333 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Gabriel Bacle
Date de naissance :
Profession : Artisan maçon
Particularité : Information non disponible

Mme Angèle Bacle
Date de naissance :
Profession : Nourrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Aubin-des-Coudrais
Département : Sarthe
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 31 octobre 1999
Lieu : Salle des Fêtes de Mezière-sous-Lavardin (72240)

Personnes sauvées

Mme Thérèse Rutman (née Faszkiewicz)

Lieux de mémoire

Stèle en hommage aux Bâcle
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Angèle et Gabriel BACLE

Gabriel Bacle était ouvrier du bâtiment à Saint-Aubin-des-Coudrais (Sarthe) où il vivait avec sa femme Angèle et leurs jumeaux, un fils et une fille, nés en 1932. En avril 1941, les Vogel, des amis propriétaires d'un café à Paris leur demandèrent d'héberger Thérèse Faszkewicz, fille d'un client du café, Juif d'Europe centrale émigré en France avant l'Occupation. Les Bacle acceptèrent immédiatement sans poser de conditions ni demander d'argent. Ils accueillirent chaleureusement l'enfant et s'en occupèrent avec dévouement. Lorsque des mauvaises langues dans le village commencèrent à raconter qu'ils cachaient une petite juive, le maire vint les voir. Ils démentirent avec vigueur, assurant que Thérèse avait été mise en nourrice chez eux parce que ses parents étaient incapables de s'en occuper. Plusieurs mois plus tard, Gabriel fut quand même convoqué au Mans, au bureau de la Kommandantur. C'est à bicyclette qu'il effectua les cinquante kilomètres. A nouveau accusé de cacher une enfant juive, il nia avec force et les Allemands le laissèrent repartir. Après la Libération, les parents de Thérèse, qui ne l'avaient pas vue depuis avril 1943, demandèrent aux Bacle de continuer à s'en occuper contre paiement d’une pension. La fillette demeura chez eux jusqu'à l'âge de douze ans. Elle les appelait Papa et Maman et ne voyait ses vrais parents que pendant les grandes vacances. Gabriel et Angèle Bacle furent pour Thérèse une seconde famille jusqu'à leur mort. Elle leur vouait un profond amour filial.

Le 31 décembre 1998, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Gabriel et à Angèle Bacle le titre de Juste parmi les Nations.