Le Gualès De Mézaubran Gilberte

Le Gualès De Mézaubran Adolphe

Année de nomination : 1999      Dossier n° 8449 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Gilberte Le Gualès De Mézaubran (née Levesque)
Date de naissance : 20/10/1892
Date de décès : 09/04/1970
Profession : Sans profession
Particularité : Catholique

Comte Adolphe Le Gualès De Mézaubran
Date de naissance : 15/01/1886
Date de décès : 10/02/1944
Profession : Maire, exploitant agricole
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : Joué-sur-Erdre
Département : Loire-Atlantique
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 juillet 2000
Lieu : Salle Polyvalente de Joué-sur-Erdre ()

Personnes sauvées

M. Charles Altman

Mme Lucienne Cheffo

Mme Bernard Flash

M. Flash

Mme Flash

M. Marie Flash

Mme Jeannette Hermanstadt (née Pokoïk)

Mme Jankléwicz

M. Aron Pokoïk

M. Pokoïk

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Adolphe Gualès   Gilberte Gualès Maire de Joué-sur-Erdre (Loire Atlantique), le comte le Gualède Mézaubran et son épouse Gilberte résidaient dans leur propriété, le château Lucinière. Pendant la débâcle en 1940, ils avaient donné l’hospitalité à des Parisiens, parmi lesquels Madame Cheffro, qui noua un lien privilégié avec la Comtesse. Un officier de la Wehrmacht avait ordonné à cette dernière de fournir de l’avoine pour les chevaux. La Comtesse ne comprenait pas l’allemand et ne réagit pas. Pour se faire obéir, l’officier la menaça de son pistolet, Mme Cheffro qui, elle, savait l’allemand, intervint. Elle servit également d’interprète pendant les jours suivants, au grand soulagement des propriétaires du château, et ce jusqu’au retour des réfugiés dans la capitale. Mme Cheffro était juive, et son mari fut interné au camp de Beaune-la-Rolande dès mai 1941, puis déporté à l’Est en juillet 1942. Lors de la rafle du Vel d’Hiv, plusieurs de ses proches furent arrêtés. Elle fit alors appel à ses hôtes des jours de l’exode qui acceptèrent généreusement de mettre en sécurité les deux aînés Cheffro, Charles, 12 ans et Lucienne, 9 ans. Confiés à une famille de Joué-sur-Erdre, les deux enfants y vécurent jusqu'à la Libération et le couple de Gualès de Mézaubran prit à sa charge les frais de pension. Le 13 février 1943 au petit matin, la police cogna bruyamment à la porte du domicile des Cheffro à Paris. Ils se tinrent coi, puis se faufilèrent chez des voisins, de sorte que quand quelques heures plus tard la police fractura leur porte, elle trouva le domicile vide. Mme Cheffro, avec son bébé âgé de 2 ans, ses cousins Aron et Jeannette Pokoïk et leur père, ainsi que cinq autres proches et amis réussirent à se rendre aussitôt à la gare Montparnasse pour gagner Nantes, puis Joué-sur-Erdre. Le Comte et la Comtesse avaient préparé pour eux, avec une grande prévenance, la maison alors inoccupée du garde forestier de leur domaine, au lieudit Lichtout, commune des Touches. Sous la protection des châtelains, qui pourvoyaient à leurs besoins avec largesse, les dix réfugiés juifs échappèrent à toutes les poursuites.

Le 10 octobre 1999, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné au comte Adolphe et à la comtesse Gilberte le Gualès de Mézaubran le titre de Juste parmi les Nations.