Metais Odette

Année de nomination : 2000      Dossier n° 8823A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Odette Metais (née Marchelidon)
Date de naissance : 25/02/1922
Date de décès : 28/10/2006
Profession : Employée de maison
Particularité : Déportée résistante, Ravensbruck Holleischen le 18 avril 1944, envoyée en Tchécoslovaquie, retour le 5 mai 1945, épouse MARCHELIDON

Localisation

Localite : Descartes
Département : Indre-et-Loire
Région : Centre
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 18 décembre 2000
Lieu : Maison France-Israël Paris VIII ()

Personnes sauvées

Mme Marcelle Sée

M. Etienne Weill Raynal

M. Henri Weitzmann

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

André Goupille était vétérinaire et s’était installé avec sa famille à La Haye-Descartes dans l’Indre et Loire. Le hasard veut que la ville appelée aujourd’hui Descartes était le lieu de naissance du grand philosophe et était traversée par la ligne de démarcation. A partir de 1940, la maison des Goupille house était située à un kilomètre au nord de cette ligne. André, en tant que vétérinaire, avait un laissez-passer permanent qui lui permettait de travailler dans les deux zones. Dès ce moment, toute sa famille, sa femme Jeanne et leurs quatre enfants, Elisabeth 16 ans, Pierre 15 ans, Louis 14 ans et Jean 13 ans, commencèrent à travailler avec le réseau des passeurs de la Résistance qu’André avait mis en place. Odette Métais, employée dans la maison des Goupille, participa à ces actions. Ces sauveurs aidèrent près de 2000 personnes à traverser la ligne de démarcation, des Juifs dans la détresse, des prisonniers de guerre évadés, des pilotes traqués et d’autres résistants. Ils passaient également des messages et des informations pour Londres et parfois fournissaient de la nourriture et un abri pendant plusieurs jours à des fugitifs en transit. Le Professeur Weill-Raynal, juif échappé de Drancy, Monsieur et Madame Schiff Wertheimer, Monsieur Ben Sussan et Madame Sée bénéficièrent tous de l’assistance courageuse et gratuite de la famille Groupille. En 1942, André fut arrêté une première fois. Interrogé et emprisonné pendant quatre semaines pour transport de courriers compromettants, il réussit à convaincre ses juges que les lettres avaient un rapport avec le marché noir. Une fois relâché, André Goupille s’installa dans la zone sud où il continua ses activités professionnelles et clandestines. Sa femme Jeanne recherchée par la Gestapo le rejoignit. Toute la famille fut à nouveau réunie lors de l’invasion allemande dans la zone sud en 1942 et elle hébergea des parachutistes. Arrêtés en février 1944, tous les membres de la famille furent déportés en Allemagne, André à Sachsenhausen et Neuengame, Jeanne, Elisabeth et Odette à Ravensbrück, et les trois garçons à Auschwitz, Buchenwald et Flossenburg. Par une chance extraordinaire, tous survécurent aux camps.

Le 28 mai 2000, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur André Goupille et à sa femme Madame Jeanne Goupille et à leurs enfants Pierre, Elisabeth, Louis et Jean, ainsi qu’à Madame Odette Métais.