Lapicque Aline

Lapicque Charles

Année de nomination : 2000      Dossier n° 9024 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Aline Lapicque (née Perrin)
Date de naissance : 15/01/1899
Date de décès : 04/01/1991
Profession : Mère de 3 enfants
Particularité : Résistante, Fille du Prix Nobel de Physique Jean PERRIN

M. Charles Lapicque
Date de naissance : 06/10/1898
Date de décès : 15/07/1988
Profession : Artiste peintre
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 5 juin 2001
Lieu : Sénat ()

Personnes sauvées

Mme Dora Iatka

M. Gérard Weisbuch

Mme Feiga Weisbuch (née Iatka)

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Aline et Charles Lapicque et leurs trois fils, de 21, 18 et 15 ans en 1942, résidaient à Paris. Charles était ingénieur et artiste peintre. Aline avait rencontré Feiga Weisbuch en 1937 et elles avaient sympathisé, quand il s’avéra que Feiga avait étudié chez son père, Jean Perrin, Lauréat du prix Nobel de physique, et son beau-père, Louis Lapicque, professeur de physiologie. Le couple Weisbuch fut naturalisé français en 1940, ce qui permit à Feyga d’obtenir un poste au CNRS. Par suite des lois raciales, elle en fut révoquée, tandis qu’en 1941, son mari dut fermer son magasin de fourreur, en raison de l’aryanisation des biens juifs. Il partit se réfugier en zone sud. Aline les avait assurés qu’en cas de difficulté, les Weisbuch pouvaient compter sur elle. Ce jour advint le 16 juillet 1942, quand ayant échappé à la grande rafle, Feyga et son fils Gérard, de 18 mois, vinrent chercher asile chez Charles et Aline qui les accueillirent chaleureusement et les cachèrent, au mépris des risques encourus. Le père d’Aline et son beau-père étaient connus pour leurs idées de gauche car ils avaient milité, dans les années 30 au sein du Comité de Vigilance des Intellectuels contre le fascisme et un fils âiné avait rejoint Londres. Grâce à ses liens avec la Résistance, Le couple Lapicque fournit des faux papiers d’identité à Feyga, devenue Madeleine Garel, et à sa sœur Dora qui malheureusement fut arrêtée et déportée à Bergen-Belsen où elle périt. Ils apportèrent aussi leur aide à d’autres personnes recherchées, disant : « il y a des moments où il faut choisir entre une certaine idée de la civilisation et la barbarie ». En avril 1944, Feyga et son fils se réfugièrent à la campagne où ils vécurent jusqu’à la Libération.     

Le 7 août 2000, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Charles et Aline Lapicque le titre de Juste parmi les Nations.