Labro Jean-François

Labro Henriette

Année de nomination : 2000      Dossier n° 9041 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean-François Labro
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Henriette Labro (née Cabisey)
Date de naissance : 1911
Date de décès : 22/11/2010
Profession : Sans profession
Particularité : Mère de 4 enfants

Localisation

Localite : Montauban
Département : Tarn-et-Garonne
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 14 janvier 2001
Lieu : Nice ()

Personnes sauvées

M. Maurice Bernart

Mme Colette Bernart

Mme Claude Cohen (née Bernart)

M. Pierre Gruneberg

Mme Dora Krummer

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jean-François et Henriette Labro et leurs quatre enfants habitaient un domaine, le « Haut Soleil », à proximité de Montauban (Tarn et Garonne). Les Bernart, Juifs parisiens réfugiés en zone sud, avec l’extension des rafles, étaient en quête d’un abri sûr. Le père qui vivait séparé de ses proches leur avait indiqué la famille Labro comme source d’aide possible. Le couple accueillit effectivement Maurice Bernart, le fils, ses deux sœurs, Claude et Colette, et leur mère et leur assura une cache dans sa demeure, pendant plusieurs jours. Jean-François Labro les recommanda par la suite à des fermiers du voisinage, à Saint-Martial, qui étaient des amis sûrs. Ils y vécurent une grande partie de l’occupation, tout en continuant à bénéficier de la protection des Labro qui les informaient régulièrement des dangers. Le couple Labro a tendu une main secourable à d’autres Juifs pourchassés, notamment à la famille de Pierre Gruneberg, 12 ans. Les Labro ont aussi caché, en leur donnant du travail dans leur domaine, un Juif autrichien employé comme jardinier, et une aide ménagère, Dora Kummer, qui passait pour sourde-muette. La police, venue se présenter pour arrêter Dora, fut éconduite par Henriette. Philippe Labro, son jeune fils de 11 ans à l’époque, et plus tard écrivain, a été témoin de ces actes dont il a relaté le souvenir dans son livre « Le petit garçon ». Il y évoque l’amitié qui le liait à Maurice Bernart, le petit garçon juif caché chez lui. L’aide des Labro à des Juifs en détresse leur a permis de survivre jusqu’à la Libération.            

Le 13 août 2000, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jean-François et Henriette Labro le titre de Juste parmi les Nations.

 

Le témoignage

Dans leur villa du sud de la France, située près de Biarritz sur la route qui menait aux frontières de l'Espagne, où ils vivaient repliés avec leurs quatre enfants, les parents Labro ont accueilli et protégé un certain nombre de juifs fuyant les persécutions.

C'est ainsi que le petit Philippe Labro (qui devint plus tard journaliste et romancier) vit défiler un flot hétérogène de réfugiés juifs polonais, allemands hostiles au régime nazi, apatrides, qui étaient accueillis dans la villa paternelle, laquelle employait un nombre anormalement élevé de " jardiniers ".

Parmi ces réfugiés, on peut citer :

- Jean Frydman
- Jeannette Grumblatt
- Pierre Gruneberg
- Maurice Bernhardt (Bernart) & sa famille (4 personnes)
- Norbert Awiczi (plus tard défenestré à Bayonne), et d'autres encore.

La protection offerte par les Labro s'accentua encore après le 11/11/1942 quand la Zone Libre fut envahie par l'occupant.

Henriette Labro le jour de sa cérémonie entourée de ses 4 fils