Carven Marie-Louise

Année de nomination : 2000      Dossier n° 9042 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie-Louise Carven (née De Tommaso)
Date de naissance : 1909
Date de décès : 08/06/2015
Profession : Haute Couture
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Ile-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Henry Bricianer

M. Philippe Bricianer

Mme Jacqueline Bricianer

Mme Régina Bricianer (née Edwabski)

Mme Nicole Caminade (née Bricianer)

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marie-Louise Carven En 1941, Marie-Louise Carven ouvrait son premier magasin de haute couture, à Paris. Malgré les lois d’exclusion de Vichy, elle continua à employer Henry Bricianer, juif roumain naturalisé français en 1926. Bricianer, couturier de profession, s’était établi comme apiéceur à domicile où il travaillait avec sa femme, pour divers fournisseurs dont Marie-Louise Carven, par suite de l’aryanisation de son magasin. Du fait de sa nationalité française, la famille Bricianer, avec ses 5 enfants, se croyait protégée des déportations. Mais en octobre 1943, Ernestine Edwabski, la mère de Mme Bricianer, fut arrêtée à Nice, puis transférée à Drancy. Elle fut déportée à Auschwitz, par le convoi no. 60. Suite à cette arrestation, deux policiers français se présentèrent au domicile des Bricianer à Paris avec un mandat d’arrêt, pour les transférer à Drancy. Mais les policiers leur laissèrent un délai de 24 heures, leur promettant de revenir les chercher le lendemain quand ils seraient prêts au départ. Henry Bricianer s’adressa alors à Marie-Louise Carven. Cette dernière lui offrit de se cacher dans une chambre de bonne, au 6ième étage de l’immeuble où elle tenait son magasin, d’où il put continuer à travailler pour nourrir les 7 membres de sa famille. Marie-Louise Carven fit en sorte que 4 autres membres de la famille Bricianer soient hébergés chez ses parents proches. Elle s’adressa d’abord à sa mère, Mme Thomazo, qui accueillit Jacqueline, l’une des filles Bricianer. Mme Thomazo remplit volontiers sa mission protectrice durant plusieurs mois, aidée de Mme Boyriven, une tante de Marie-Louise. Mme Régina Bricianer, son fils Philippe et sa fille Nicole, furent aussi cachés durant plusieurs mois, chez l’un des oncles de Marie-Louise Carven. L’aide était dispensée à titre gracieux. Avec l’aide d’un ami, les Bricianer purent obtenir des fausses cartes d’identité. Ces efforts leur permirent de subsister jusqu’à la Libération. Mais l’obstination de Marie-Louise Carven pour cacher Henry Bricianer et mobiliser, en ces moments de détresse, plusieurs membres de sa propre famille afin de loger 4 personnes juives, est à l’origine de ce sauvetage.               

Le 13 août 2000, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie-Louise Carven le titre de Justes parmi les Nations.

 

Le témoignage

Le 17 novembre 43, la famille Bricianer (les deux parents et les cinq enfants), famille juive habitant dans le 1er arrondissement de Paris, virent arriver chez eux, pour les arrêter, deux civils de la police française envoyés par la rue des Saussaies (siège du Ministère de l'Intérieur).

Un des deux policiers, père lui-même de 5 enfants, troublé par ce qu'il accomplissait, prit sur lui de laisser 24 heures de sursis à la famille afin que celle-ci puisse quitter les lieux. Le lendemain, nouvelle visite, mais la famille avait fui.

A cette époque, M. Bricianer, malgré les interdictions, travaillait chez lui clandestinement comme apièceur en couture, es lois raciales l'ayant privé de son commerce et de la possibilité de visiter ses clients, dont le magasin Carven.

Apprenant ses ennuis, Madame Marie-Louise Carven lui trouva une chambre dans son immeuble, où il put poursuivre son travail, indispensable pour nourrir cette famille de 7 personnes. Une des filles Bricianer, Jacqueline, fut hébergée chez la mère de Madame Carven, Madame de Thomazo. L'oncle de Carven, M.Pierrard, accepta de cacher chez lui la mère de famille et ses 2 plus jeunes enfants, Nicole et Philippe. 

 

Cérémonie de remise de la médaille en présence de S.E. l'Amabassadeur d'Israël en France Eli BARNAVI Cérémonie de remise de la médaille en présence de S.E. l'Amabassadeur d'Israël en France Eli BARNAVI La famille de Marie-Louise CARVEN Nicole CAMINADE, le témoin, Marie-Louise CARVEN et Eli BARNAVI Cérémonie de remise de la médaille en présence de S.E. l'Amabassadeur d'Israël en France Eli BARNAVI