Mesureur Marie-Germaine

Berman Renée Lucie

Année de nomination : 2000      Dossier n° 9073 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie-Germaine Mesureur
Date de naissance : 1895
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

Mme Renée Lucie Berman (née Mesureur)
Date de naissance :
Profession : Sténo-dactylo
Particularité : Épouse BERMAN

Localisation

Localite : Pantin
Département : Seine-Saint-Denis
Région : Ile-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 20 janvier 2002
Lieu : O.R.T Paris 75004 ()

Personnes sauvées

M. Boris Berman

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marie-Germaine Mesureur et sa fille Renée, sténo-dactylo, habitaient un modeste deux pièces, à Pantin (Seine-Saint Denis). Son mari ne vivait plus à son domicile mais se cachait à Clichy-sous-Bois, après avoir été incarcéré, en février 1941, sur dénonciation de voisins, et libéré. Deux autres locataires de leur immeuble avaient également été emprisonnés, dénoncés par ces mêmes voisins qui travaillaient pour l’occupant mais furent jugés après la Libération et condamnés pour faits de collaboration. Ces graves dangers n’empêchèrent pas Marie-Germaine Mesureur et sa fille Renée de cacher chez elles des Juifs menacés d’arrestation. En 1941, Renée, âgée de 19 ans, se lia d’amitié avec un jeune Juif de 20 ans,  Boris Berman, rencontré au cours d’une promenade. Le 17 juillet 1942, au cours de la grande rafle des Juifs de Paris, les parents de Boris et ses 4 sœurs se cachèrent dans la cave de leur immeuble. Alertée du drame, Renée,se rendit chez les Berman pour les convaincre de lui confier Micheline, la plus jeune des filles, mais sa mère refusa de se séparer d’elles. Tous furent arrêtés et envoyés à Pithiviers, alors que Boris échappait à l’arrestation et partit se réfugier à Nice. Renée se chargea d’envoyer des colis et de correspondre avec les Berman. Elle courut d’un bureau à l’autre pour au moins sauver Micheline de l’internement, mais en vain. Tous furent déportés. Désemparé, Boris revint à Pantin et s’adressa à Renée. Avec sa mère, elles cachèrent Boris pendant deux ans durant lesquels il ne chaussa jamais ses chaussures de peur d’alerter les voisins. Elles offrirent aussi le gîte à l’une de ses cousines et à une tante ainsi qu’à un quatrième Juif pendant plusieurs mois. Renée et Boris se sont mariés après la Libération.

Le 11 octobre 2000, Yad Vashem a décerné à Marie-Germaine Mesureur et sa fille Renée-Lucie le titre de Juste des Nations.