Courtot Marcel

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9167 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Marcel Courtot
Date de naissance : 03/08/1890
Date de décès : 16/01/1953
Profession : Comptable
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Nancy
Département : Meurthe-et-Moselle
Région : Lorraine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 20 septembre 2002
Lieu : Mairie de Nancy (54000)

L'histoire

Marcel Courtot était comptable de la société de chaudronnerie « Nordon Frères », située à Nancy (Meurthe et Moselle) et jouissait de l’entière confiance de son patron Gustave Nordon, d’origine juive. Quand en 1941, la société fut «aryanisée», Nordon put continuer à gérer son entreprise, grâce à la complicité du personnel et de Marcel Courtot en particulier. En juillet 1942, Nordon fut nommé à la charge de délégué régional de l’UGIF. Marcel Courtot le seconda dans toutes ses fonctions qui comprenaient entre autres la gestion de l’asile de vieillards de Nancy, devenu un centre de refuge pour éviter les déportations, et le soutien aux internés du camp d’internement d’Ecrouves, à proximité de la ville. En mars 1944, Gustave Nordon et sa femme furent arrêtés et déportés à Auschwitz. Prévenu du danger imminent, Marcel Courtot avait proposé de les cacher mais Nordon refusa d’abandonner son poste. Après leur déportation, Marcel Courtot exerça de sa propre initiative seul les fonctions de délégué régional de l’UGIF, malgré les risques encourus, du fait du contrôle allemand sur ses activités. Il continua à rendre visite aux internés d’Ecrouves et à répondre à leurs besoins, leur ramenant des colis et plaçant les malades dans des hôpitaux ou infirmeries. À chacun de ses voyages, il remettait et reprenait le courrier des internés, contournant la censure, avec la complicité du directeur du camp. Ces lettres pouvaient parfois sauver une vie. Son dévouement était tel qu’un interné d’Ecrouves le prit pour le rabbin de Nancy. Après la libération du camp, il continua à s’occuper seul du sort des 170 rescapés juifs qui s’y trouvaient encore, pour la plupart des malades ou des personnes âgées sans famille, alors que ses fonctions avaient déjà prit fin. S’étant acquitté de cette dernière tâche, il reprit son poste de comptable à « Nordon Frères ».     

Le 12 juillet 2001, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marcel Courtot le titre de Juste parmi les Nations.