Rodien Jeanne

Castillon Marie

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9294 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mère Jeanne Rodien
Date de naissance : 1901
Date de décès : 1999
Profession : Religieuse
Particularité : Catholique

Marie Castillon
Date de naissance : 1916
Date de décès : 20/05/2002
Profession : Religieuse
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Ebreuil
Département : Allier
Région : Auvergne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 12 décembre 2001
Lieu : Mairie de Pau ()

L'histoire

En 1944 Sœur Marie Castillon Jeanne Rodien (Mère Jeanne), était la Supérieure d’un orphelinat tenu par l’Ordre des « Sœurs de Nevers », à Ebreuil (Allier), à proximité de Vichy. Sœur Marie Castillon avait fait son noviciat à Nevers et, après ses vœux, était devenue éducatrice à Ebreuil. Avant la guerre, la famille Kirszbaum, Juifs émigrés de Pologne installés à Paris, avait pris l’habitude de faire passer à l’aînée de leurs 3 enfants, un mois de vacances par an à l’orphelinat d’Ebreuil pour y soigner son asthme. Leurs parents furent arrêtés successivement en juillet 1942 et en février 1943 et périrent en déportation. Leurs enfants, Golda Kirszbaum, 18 ans, sa sœur aînée, 20 ans et leur petit frère, 13 ans, restèrent seuls au domicile familial parisien. À l’aide d’un voisin qui prêta la carte d’identité de son fils, le garçon fut placé dans un home en zone sud et les deux grandes continuèrent à travailler dans une maison de couture jusqu’en janvier 1944. Isolées et menacées, elles décidèrent d’écrire au couvent d’Ebreuil. Elles reçurent la réponse, un télégramme contenant un seul mot « Venez ». Munie de faux papiers au nom de Gabrielle Servais, fournis par les Éclaireurs Israélites de France, Golda partit la première et fut reçue à bras ouverts de même que sa sœur, deux mois plus tard. Elles séjournèrent au couvent jusqu’en janvier 1945. Golda se souvient de l’attention chaleureuse de Mère Jeanne à leur égard et en particulier de celle de Sœur Marie Castillon qui la prit sous sa protection et lui confia des responsabilités d’aide-éducatrice. L’hospitalité des religieuses sauva deux jeunes juives du danger d’arrestation mais le maire d’Ebreuil et le curé de la paroisse étaient tenus au courant et les protégeaient. Sœur Marie avait un neveu qui fut déporté à Dachau.        

Le 4 avril 2001, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jeanne Rodien et à Marie Castillon le titre de Juste parmi les Nations