Martin Marie

Martin Henri

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9297 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Martin (née Aubin)
Date de naissance : 23/12/1895
Date de décès : 10/10/1958
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Henri Martin
Date de naissance : 28/07/1894
Date de décès : 06/09/1967
Profession : Représentant de commerces
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Limoges
Département : Haute-Vienne
Région : Limousin
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 octobre 2003
Lieu : Mairie du Ivième arrondissement de Paris ()

Personnes sauvées

M. Guy Wormser

M. Wormser

Mme Wormser

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Henri MARTIN    Marie MARTIN Henri et Marie Martin habitaient Limoges, avec leur fils unique, Christian, 12 ans. Henri avait travaillé comme représentant dans le textile. Par suite de la pénurie des temps de guerre, il avait perdu son emploi mais retrouva une place à la mairie de Limoges. Les Martin avaient fait connaissance de la famille Wormser, Juifs réfugiés de Paris en 1940, car Christian s’était lié d’amitié avec leur fils Guy, 9 ans. Les deux garçons se rencontraient à l’école et partageaient les mêmes loisirs tandis que Jean Wormser, l’aîné, préparait son bac au cours privé semi-clandestin, créé par André Neher à Lanteuil (Corrèze). En mai 1944, M. Wormser fut arrêté dans la rue par des miliciens qui ne le relâchèrent qu’après lui avoir extorqué une grosse somme d’argent. Conscients du danger d’une récidive, les Wormser décidèrent de quitter leur domicile. N’ayant aucun point de chute, ils s’adressèrent à la famille Martin pour qu’ils les hébergent le temps de trouver un abri plus sûr. Ils acceptèrent immédiatement et les abritèrent à titre gracieux durant quelques jours, aide spontanée qui fut vitale. M. Wormser avait vu juste car les miliciens vinrent perquisitionner leur maison quelques heures après leur départ. Henri Martin croisa ensuite dans la rue ces mêmes miliciens qui l’interpellèrent, lui demandant : « C’est toi qui les caches ? ». A la suite de cet incident, les Wormser durent s’enfuir à nouveau. Partis dans la direction d’Eymoutier, un brave forgeron résistant leur trouva une maison isolée, dans un hameau de Feytiat. Les Martin qui se sentaient aussi menacés mirent Christian à l’abri chez des amis à la campagne. Jean Wormser qui avait rejoint les maquis participa aux combats de la Libération et après la guerre Guy et Christian continuèrent à développer des contacts réguliers.       

Le 4 juin 2001, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie et Henri Martin le titre de Juste parmi les Nations.

 

Le témoignage

Monsieur et Madame DWORKIN se sont mariés en 1930 à Toulouse où ils faisaient leurs études.

Madame DWORKIN était ingénieur chimiste, Monsieur Dworkin, électricien et travaillait en 1936 sur un chantier où il fit la connaissance de Monsieur Raymond MARTIN qui était son directeur et de son épouse Julia, née VEAUVY. Les deux familles devinrent amies .

Ary Dworin est né en 1934 et sa soeur Annette en 1940.

En septembre 1939, leur père s'engage, mais il est employé comme travailleur spécial. En novembre 1943, il est atteint de tuberculose et décède en avril 1944.

Les familles Dworkin et Martin étaient restées très liées. En novembre 1943, Ary Dworkin est hébergé chez eux tandis que sa mère et sa soeur le sont dans la famille de Julia Martin.

Les Martin les ont accueillis et protégés, tels des membres de la famille jusqu'à la Libération, en novembre 1944. Encourant de grands risques ( fabrication de papiers, descente de la milice ), ils leur ont témoigné une très grande affection .

Ils ont également aidé et sauvé d'autres personnes.

Après la guerre, malgré les déplacements professionnels des Martin , au Congo Belge et au Maroc, les deux familles sont restées très amies.

Raymond Martin est décédé en 1977, Julia Martin en 1981.