Caillou André

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9405 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. André Caillou
Date de naissance : 15/02/1920
Date de décès : 2003
Profession : Inspecteur de police
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 22 juin 2004
Lieu : Mairie du IX Paris Salle Rossini (75009)

Personnes sauvées

M. Daniel Rabinovitch

M. Morris Rabinovitch

Mme Sophie Rabinovitch (née Pesetskaya)

Mme Tamara Théodore (née Rabinovitch)

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Sous l’Occupation, André Caillou était inspecteur de police à Paris. Affilié aux réseaux de Organisation Civile et Militaire (O.C.M.) et Noyautage des Administrations Publiques (N.A.P.), il fournit de nombreux renseignements et des faux papiers. Ses actions lui ont valu la Médaille Militaire après la guerre. Son frère fut déporté en Allemagne pour faits de résistance et y périt. En janvier 1944, André Caillou fut assigné, avec un autre policier, à l’arrestation de la famille Rabinovitch. Le couple et leurs deux enfants qui, Juifs de nationalité britannique, se croyaient protégés, résidaient encore à leur domicile parisien. Les deux policiers frappèrent à leur porte tard dans la soirée. Comme personne ne répondait, ils descendirent voir la gardienne, Mme Marchand, et ensemble remontèrent à l’appartement des Rabinovitch qui finirent par ouvrir. Une discussion s’ensuivit et André Caillou demanda pourquoi la famille n’avait pas profité du répit qui leur avait été donné quand ils étaient descendus, pour s’enfuir. La concierge suggéra alors de « cacher » les Rabinovitch, dans l’un des appartements vides de l’immeuble dont elle avait les clés. Les deux policiers, André Caillou et son collègue, acceptèrent la suggestion, mirent les scellés sur l’appartement des Rabinovitch et rédigèrent un rapport : « partis sans laisser d’adresse ». Le lendemain, des amis aidèrent les fugitifs à se réfugier à la campagne, munis de faux papiers. André Caillou avec lequel les rescapés maintinrent des relations amicales après-guerre, avait sauvé la famille Rabinovitch de la déportation.          

Le 15 novembre 2001, Yad Vashem a décerné à André Caillou le titre de Juste des Nations.

 

Le témoignage

Les RABINOVITCH, le père, la mère, la fille Tamara et le témoin, Daniel, habitaient à Paris dans le 9ème arrondissement depuis 1929. Ils avaient, jusqu'en 1944, réussi à échapper aux arrestations grâce à la nationalité britannique du père.

En janvier 44, un gardien de la paix et un inspecteur sont venus sonner à leur porte. La première fois ils n'ouvrent pas, mais la seconde ils obtempèrent. L'inspecteur dit alors à Tamara " je pensais que vous auriez profité du temps pour vous échapper ".

Mise en confiance par cette réflexion, avec la complicité de la concierge de l'immeuble, la famille a pu se cacher dans l'immeuble.

La famille a eu d'autres contacts avec M. CAILLOU qui, en fait, faisait partie de la Résistance.

 

André CAILLOU à gauche et son frère Roger CAILLOU à droite Diplôme de la Croix d'honneur André CAILLOU Cartes de résistant André CAILLOU en imperméable blanc Commission militaire
Exposition: Désobéir pour sauver