Ellul Jacques

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9456 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jacques Ellul
Date de naissance : 06/01/1912
Date de décès : 19/05/1994
Profession : Professeur en Droit Romain à la faculté de Strasbourg, Paysan en gironde pendant la guerre
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Martres
Département : Gironde
Région : Aquitaine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 11 juillet 2002
Lieu : Bordeaux ()

Personnes sauvées

M. Jean Hertz

M. Paul Hertz

Mme Suzanne Hertz (née Samuel)

Mme Alice Katz

Mme Anne Labe (née Hertz)

Mme Jeanine Levy

Lieux de mémoire

Esplanade des "Justes parmi les Nations" à Bordeaux
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jacques Ellul, universitaire enseignant le droit romain, avait été replié avec l’Université de Strasbourg à Clermont-Ferrand en 1940. Protestant et préconisant le dialogue judéo-chrétien, il fut l’un des premiers intellectuels français à s’opposer au nazisme et à l’antisémitisme de Vichy. Ses prises de positions publiques entraînèrent rapidement sa révocation de l’enseignement supérieur sous prétexte de la nationalité anglaise de son père né à Malte. Sans ressources, il se reconvertit à l’agriculture et fit fructifier avec sa famille une petite propriété en friche à Martres (Gironde), près de Bordeaux. Sa maison se transforma en centre d’un réseau de résistance formé autour d’anciens animateurs du mouvement des Eclaireurs unionistes et de l’Eglise Réformée de France. Avec sa femme, ils accueillirent des résistants, des Espagnols en fuite, des prisonniers de guerre évadés et des Juifs pourchassés. En cheville à Bordeaux avec Germaine Courtiaux, secrétaire à l’Intendance de la préfecture de police, il était mis au courant des rafles imminentes tandis qu’Hélène Schweitzer*, une autre grande figure du réseau, fabriquait les faux papiers. Les Ellul avaient pour voisins à Coirac la famille Hertz, Juifs réfugiés de Strasbourg qu’ils connaissaient d’avant-guerre. En avril 1943, Jacques Ellul vint les prévenir qu’ils étaient menacés d’arrestation et qu’ils devaient fuir. Il les munit de faux papiers et les envoya à Lezay (Deux-Sèvres) où le pasteur Pierre Fouchier*, membre du même réseau, prit le relais. Fouchier leur offrit le gîte et les cacha chez lui ce qui leur permit d’avoir la vie sauve. Jacques Ellul, en visite à Paris dans le courant de la même année, alla rencontrer des cousins de la famille Hertz pour les convaincre de se cacher. Il leur procura des faux papiers et leur proposa un abri sûr mais ils optèrent pour une cache dans Paris même. Jacques Ellul se lia ensuite à Combat et contribua à la résistance du sud-ouest de la France.        

Le 29 août 2001, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jacques Ellul le titre de Juste parmi les Nations.