Deroche Marie

Deroche Pierre

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9470 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Deroche (née Meleton)
Date de naissance : 06/09/1905
Date de décès : 17/06/1965
Profession : Métayer
Particularité : Mère de 1 enfant

M. Pierre Deroche
Date de naissance : 27/11/1894
Date de décès : 02/04/1980
Profession : Métayer
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Fourneaux
Département : Loire
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 novembre 2003
Lieu : A la Mairie de Saint-Symphorien de Lay (42470)

Personnes sauvées

Mme Margot Lévy

Mme Paule Meyer (née Lévy)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Pierre et Marie Deroche Pierre et Marie Deroche et Denise, leur fille unique de 13 ans, habitaient au lieu-dit le « Virmulin », commune de Fourneaux (Loire). Ils exploitaient une petite ferme en métayage et  vivaient du fruit de leur labeur, dans de très modestes conditions. Leur habitation se composait d’une seule et unique pièce. Mais cela ne les a pas empêchés de recueillir chez eux, en juin 1944, deux fillettes juives en danger et de les héberger avec les moyens du bord, pendant 4 mois. Paule Lévy avait 13 ans comme Denise alors que sa sœur Margot n’avait qu’un an. Les Lévy, originaires de Strasbourg, s’étaient réfugiés à Vichy. Le père, Jacques Lévy, ancien combattant de la Guerre de 1914-1918, avait à nouveau été mobilisé en 1940 et tomba en captivité aux mains des Allemands. Après sa libération en 1941, un ancien camarade de combat lui offrit un emploi dans son entreprise de meubles, à Vichy. Mais avec l’aggravation des mesures anti-juives, la famille Lévy dut à nouveau s’enfuir pour trouver réfuge à Fourneaux. Là, ils firent la connaissance de la sœur de Marie Deroche. Celle-ci les adressa à Pierre et Marie, prêts à accueillir Paule et Margot et à assurer leur sécurité. Pierre Deroche cacha aussi, dans un cabanon de sa cour, les livres de prières de Jacques. Le pire fut évité quand une patrouille allemande de passage devant la maison s’arrêta pour demander à Paule si Marie était vraiment sa maman. À la réponse affirmative de l’enfant, par chance, ils continuèrent leur chemin alors que la découverte des livres en hébreu, en cas de perquisition, auraient scellé le sort de la famille. Les deux fillettes purent rejoindre leurs parents à la Libération et elles maintinrent jusqu’à ce jour des contacts réguliers avec leurs sauveurs.              

Le 3 septembre 2001, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Pierre et Marie Deroche le titre de Juste parmi les Nations.

 

Marie Deroche