Vercueil Louis

Vercueil Edmée

Vercueil Hélène

Vercueil Edmond

Vercueil Lisa

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9471 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Louis Vercueil
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Edmée Vercueil
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Hélène Vercueil
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

M. Edmond Vercueil
Date de naissance : 06/09/1924
Profession : Fermier
Particularité : Information non disponible

Mme Lisa Vercueil
Date de naissance :
Profession : Fermière
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Trescléoux
Département : Hautes-Alpes
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 31 juillet 2003
Lieu : Salle des Fêtes de Trescleoux (05700)

Personnes sauvées

Mme Léah Starkman (née Waysfelner)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Edmond et Elisa Vercueil étaient agriculteurs et résidaient avec leurs trois enfants adultes, Edmée, 27 ans, Hélène, 24 ans et Louis, 22 ans, au lieu-dit « La Blache », à Trescléoux (Hautes-Alpes). En été 1942, ils recueillirent deux petites fillettes juives qui leur furent confiées par une organisation juive clandestine. La plus jeune des deux fut par la suite transférée ailleurs. Léah Waysfelner par contre fut hébergée par les Vercueil pendant deux ans et demi, jusqu’au retour de son père des camps. Les Vercueil cachaient aussi dans leur ferme un prisonnier de guerre évadé. Lors de l’invasion allemande, Léah Waysfelner et ses parents avaient fui la Belgique et trouvé réfuge dans un village de l’Ardèche. Son père faisait des travaux de cordonnerie et sa mère, couturière, travaillait pour la baronne du village. Etant la seule famille juive, elle fut dénoncée, arrêtée et tranférée au camp de Vénissieux. Ses parents furent déportés à Auschwitz alors que Léah, 12 ans, ainsi que plusieurs dizaines d’enfants juifs, furent enlevés du camp et cachés dans divers endroits jusqu’à ce que les Vercueil l’accueillirent. Ils la firent passer pour une proche cousine, envoyée à la campagne du fait de la pénurie alimentaire en ville. Léah fut intégrée à la famille et choyée par tous, par les filles en particulier. Son accueil se fit à titre gracieux. Léah a témoigné que ses parents, avant leur séparation, avaient caché dans sa valise une petite somme d’argent que les Vercueil lui retirèrent à son arrivée chez eux. Mais c’était pour la lui garder et lui rendre à son départ, deux ans et demi plus tard, à sa grande surprise. Quand les combats pour la libération s’intensifièrent, Léah et le prisonnier, dont la présence à la ferme constituait un danger, allèrent se cacher dans les bois. Jusqu’au jour où ce dernier partit pour le maquis, laissant Léah seule en pleine nature. Ce fut Louis qui partit à sa recherche et la ramena saine et sauve. Ainsi a-t’elle survécu jusqu’au retour de son père.              

Le 3 octobre 2001, Yad Vashem a décerné à Elisa et Edmond Vercueil et leurs enfants Louis, Edmée et Hélène le titre de Juste parmi les Nations.