Janicki Bronia

Janicki Stéphan

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9506 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Bronia Janicki
Date de naissance : 29/12/1915
Date de décès : 03/02/2009
Profession : Agricultrice
Particularité : Information non disponible

M. Stéphan Janicki
Date de naissance : 21/08/1914
Date de décès : 12/09/1999
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : La Chapelle-Orthemale
Département : Indre
Région : Centre
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 13 octobre 2002
Lieu : A la Grange aux Dîmes de l'Hôpital de Levroux ()

Personnes sauvées

M. Wilson Bloch

M. Charles Bloch

M. Simon Lustigman

M. Justin Marx

M. Théo Weisch

Lieux de mémoire

Stele en hommage des Justes de l'Indre
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Stephan et Bronia Janicki, agriculteurs émigrés de Pologne, exploitaient une ferme à la Chapelle-Orthemale (Indre). Sous l’Occupation, le couple a hébergé des Juifs traqués dont Justin Marx, réfugié de Nancy, Ther Wilson et Charles Bloch, tous deux réfugiés de Strasbourg. Stephan a également employé comme vachers pour les cacher deux autres jeunes Juifs qui firent l’objet de plusieurs interrogatoires de la police et n’ont pas été dénoncés. Simon Lustigman, 15 ans, et ses parents étaient réfugiés d’Allemagne à Lyon. Sa mère décéda en mars 1943 par manque de soins médicaux. Simon et son père, arrêtés plus tard par la Milice à Villefranche-sur-Saône, furent embarqués dans un train en partance. Menottes aux mains, le père eut le réflexe de pousser Simon par la portière du train en marche avant que le milicien n’ait eu le temps de la refermer. Recueilli par les frères Hanau qui combattaient dans la Résistance et ensuite confié à une comtesse de Châteauroux, Mme Poirrier, Simon fut muni de faux papiers et envoyé par train à Buzancais. On lui avait dit qu’à la gare l’attendrait un monsieur sur une carriole rouge. C’était Stephan Janicki qui, avec sa femme, l’hébergea pendant un an jusqu’à la Libération. Il fut présenté aux voisins comme un membre de la famille. Questionnée sur les motifs de ce sauvetage, Bronia répondait : «Les Juifs étaient des êtres humains comme nous et il était de notre devoir de leur venir en aide malgré les risques que nous encourions». Les Janicki cachèrent et ravitaillèrent des maquisards, contribuant ainsi aux combats pour la Libération de l’Indre. Les frères Hanau et Mme Poirrier furent arrêtés pour leurs actions dans la Résistance et torturés à mort. 

Le 11 octobre 2001, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Stephan et Bronia Janicki le titre de Juste parmi les Nations.