Labouré Marc

Année de nomination : 2001      Dossier n° 9527 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Dr Marc Labouré
Date de naissance : 10/07/1912
Date de décès : 10/05/1991
Profession : Médecin
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Thiais
Département : Val-de-Marne
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 27 avril 2003
Lieu : Cannes ()

Personnes sauvées

Mme Mireille Cain

Mme Madline Cain (née Rossow)

Mme Jacqueline Claus (née Walker)

M. Georges Cojuc

Mme Rosa Labouré (née Cojuc)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marc Labouré était médecin à Thiais (Val de Marne). Au cours de ses études de médecine, il avait rencontré Rosa Cojuc, étudiante en pharmacie. Ils se marièrent bientôt malgré l’opposition de leurs familles. Marc était pupille de la nation et issu de la haute bourgeoisie catholique. Son grand’oncle était le cardinal Labouré, archevêque de Rennes. Rosa était la fille d’immigrés juifs originaires d’Ukraine, qui, installés à Paris depuis 1926, avaient prospéré dans les assurances. Le jeune couple s’installa à Thiais dans une maison où le rez-de-chaussée abritait le cabinet de consultation. Pendant l’Occupation, la Kommandantur installa son siège dans les locaux de la maison d’en face. Cela n’empêcha pas Marc d’héberger de juin 1940 à la mi-mai 1941, sa belle-mère Fanny Cojuc et son beau-frère Georges qu’il aida à passer en zone sud, avec l’aide de son employée de maison dont la famille habitait sur la ligne de démarcation. Ce passage clandestin permit par la suite à sa belle-famille de se réfugier au Mexique. Le cabinet du Dr. Labouré devint le lieu de transit de nombreux Juifs pourchassés. A la veille de la grande rafle de Paris, il eut le temps de prévenir deux amies juives de sa femme et leur offrit le refuge le temps qu’elles trouvent un abri sûr: Jacqueline Claus-Walker avec laquelle Rosa avait fait ses études ainsi que Mireille Caïn et sa fille de 5 ans, Madline. En avril 1944, Jacqueline tomba malade et il fallut l’hospitaliser d’urgence. Marc la fit admettre par un de ses collègues dans une clinique privée sans la faire enregistrer. Les Labouré lui offrirent à nouveau le gîte pendant sa convalescence, puis une troisième fois pour échapper à une perquisition de la Milice dans son appartement. Marc soigna aussi de nombreux résistants blessés. Toute cette activité insolite ne manqua pas de susciter des lettres de dénonciation mais comme le chef de la police de Thiais était un patient du Dr. Labouré et protégeait Rosa. Les lettres allèrent directement à la corbeille à papiers.               

Le 30 octobre 2001, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marc Labouré le titre de Juste parmi les Nations.