Guigues Andréa

Année de nomination : 2002      Dossier n° 9608 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Andréa Guigues
Date de naissance : 13/10/1908
Date de décès : 21/06/1985
Profession : Religieuse
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Nice
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 8 novembre 2002
Lieu : Digne-les-Bains ()

Personnes sauvées

Mme Dolly Abramson( née Szteinsznaider)

Mme Jeanine Guy (née Kremer)

Mme Ruth Kirchheimer

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Andréa Guigues Sœur Marie-Gabrielle était directrice de l’école et pensionnat Sainte Thérèse de L’Enfant Jésus à Nice (Alpes-Maritimes). Elle faisait partie de la communauté de « La Sainte Famille». Quand Les Allemands envahirent la zone italienne, en septembre 1943, ils procédèrent aux rafles des Juifs du département avec une violence inégalée. De nombreuses victimes furent arrêtées et déportées à Auschwitz. Mrg Paul Rémond*, évêque de Nice, donna instruction à toutes les institutions catholiques de son diocèce d’ouvrir leurs portes aux pourchassés. Sœur Marie-Gabrielle recueillit dans son établissement de 6 à 7 jeunes filles juives dans le but de les sauver de la déportation. Toutes ses protégées reçurent une fausse identité pour tromper les agents de la Gestapo qui faisaient de fréquentes descentes dans ces institutions. Sœur Marie-Gabrielle dut plusieurs fais affronter ces visites. Mais son sang froid et sa détermination sauvèrent la vie de nombreuses pensionnaires. Lorsqui une assistante sociale de l’OSE fut arrêtée portant sur elle une liste d’enfants cachés et leur lieu d’hébergement. Le nom de Dolly Szteinsznaider, 14 ans, cachée à Sainte Thérèse, y figurait et y mena la Gestapo. Quand les policiers se présentèrent, Sœur Marie-Gabrielle eut la présence d’esprit de dire que ses pensionnaires étaient sorties en promenade. Après leur départ, elle transféra l’enfant immédiatement dans un autre établissement. Ruth Kirchheimer, 18 ans, elle aussi menacée, fut transférée par ses soins à Digne où elle séjourna sous une fausse identité jusqu’à la Libération. Sœur Marie-Gabrielle abrita aussi une  juive dont le mari avait été arrêté. Sa sécurité à Sainte-Thérèse étant menacée, elle lui trouva un asile sûr ailleurs.        

Le 23 janvier 2002, Yad Vashem a décerné à Andréa Guigues (Sœur Marie-Gabrielle) le titre de Juste des Nations.