Rosenstiel Jeanne

Année de nomination : 2002      Dossier n° 9715 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Rosenstiel (née Mitscher)
Date de naissance : 25/05/1906
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Villeurbanne
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Diane Chavanne (née Wolfowicz)

Lieux de mémoire

Square des Justes à Villeurbanne
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jeanne Rosenstiel, 36 ans, sans enfants, résidait à Villeurbanne, un faubourg de Lyon, avec sa mère et son mari qui était juif. Le 29 août 1942, elle se rendit à la Croix-Rousse à la bâtisse de l’ancien couvent des Carmélites devenu le local des Eclaireurs Israélites de France. Ce jour même, un groupe de 108 enfants juifs venait d’être arraché à la déportation du camp de Vénissieux. Ce local n’était qu’un relai, d’où il fallait aussitôt disperser les enfants pour les cacher. Cette action de sauvetage d’envergure fut réalisée par les forces combinées de L’Amitié Chrétienne de Lyon, couverte par le Cardinal Gerlier, et les représentants des Œuvres d’entraide juives (OSE et EIF). Jeanne Rosenstiel choisit parmi les enfants du groupe une fillette de 9 ans, Diane Wolfowicz, apparemment émue par le fait que la petite était en train de nourrir un autre enfant. Diane et sa mère, Juives de nationalité polonaise, avaient fui Anvers avec l’invasion allemande et étaient réfugiées dans le sud de la France. Après un long périple, elles furent assignées à résidence surveillée à Viviers sur Rhône (Ardèche). Arrêtées le 25 août 1942, Diane et sa mère furent conduites à Vénissieux où elles furent séparées. Sa mère fut déportée, via Drancy, à Auschwitz où elle périt. Ses grands-parents restés à Anvers subirent le même sort. Jeanne et André Rosenstiel prirent la fillette entièrement à leur charge et subvinrent à tous ses besoins à titre gracieux, prenant de grands risques vu la chasse aux enfants organisée par le Préfet Angeli après leur évasion. Ils surent l’entourer d’amour et d’affection, tentant de la consoler de la séparation d’avec sa mère. Ils furent aidés dans leur tâche par la mère de Jeanne et celle d’André. Lui-même étant juif, le couple craignit pour la sécurité de l’enfant et la plaça dans un pensionnat à Caluire (Rhône), jusqu’à la Libération. Diane réintégra alors leur foyer et, après le décès d’André Rosenstiel en 1947, Jeanne formalisa son adoption selon les vœux de son défunt mari.         

Le 6 mai 2002, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jeanne Rosenstiel le titre de Juste parmi les Nations.