Nicoulaud Louise

Nicoulaud Emile

Année de nomination : 2003      Dossier n° 9977 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Louise Nicoulaud (née Dubreuil)
Date de naissance :
Date de décès : 09/05/1974
Profession : Bouchère
Particularité : Information non disponible

M. Emile Nicoulaud
Date de naissance : 21/09/1877
Date de décès : 23/10/1968
Profession : Boucher
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Guéret
Département : Creuse
Région : Limousin
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 10 mai 2004
Lieu : Mairie de Guéret ()

Personnes sauvées

M. Patrick Maury

Dr Yves Zelazko

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Emile et Louise Nicoulaud exploitaient une boucherie à Guéret (Creuse) et y habitaient avec leur fille Danielle et leur gendre Pierre Morel qui enseignait l’anglais au lycée de la ville. Parmi ses élèves, David Aijzenfish, un jeune réfugié juif de Paris, était arrivé à Guéret après la rafle du Vel’d’Hiv avec sa sœur et son bébé, Yves né en avril 1942. Ils étaient venus y rejoindre son mari, le Dr. Zelazko. David habitait chez ses proches qui, par son intermédiaire, firent la connaissance de son professeur, Pierre Morel. David fut arrêté par la police française, déporté et assassiné dans l’Est. Après son arrestation, les Zelazko se trouvèrent menacés, eux-mêmes juifs étrangers. Les Nicoulaud leur proposèrent alors le gîte dans leur maison située au centre-ville de Guéret, à proximité du siège de la police. Ils y trouvèrent un abri temporaire mais par suite d’une dénonciation et de la multiplication des rafles et des dangers menaçants les uns et les autres, les Nicoulaud et les Morel décidèrent que les Zelazko seraient plus en sécurité à la campagne chez des cousins qui acceptèrent de les héberger. Le couple et son bébé Yves furent ainsi accueillis à La Chapelle-Taillefert où ils restèrent jusqu’à la Libération, protégés par les Nicoulaud-Morel et les familles des cousins dont l’un était prisonnier de guerre en Allemagne. Le Dr. Zelazko put reprendre la pratique de la médecine en se faisant payer en nature. A la Libération, lui et sa famille rentrèrent à Paris mais gardèrent des liens solides avec leurs sauveurs qui les avaient soustraits à la déportation. Jusqu’à leur décès, Yves a toujours considéré les Nicoulaud comme ses grands’parents.            

Le 31 mars 2003, Yad Vashem a décerné à Danielle et Pierre Morel ainsi qu’à Louise et Emile Nicoulaud le titre de Juste des Nations.