Dossier n°13185

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2015
Yvette Dugast Guilbaud
Année de nomination : 2015
Date de naissance : 16/12/1926
Date de décés : //
Profession :

Théodule Guilbaud
Année de nomination : 2015
Date de naissance : 03/04/1886
Date de décés : 18/01/1966
Profession : Chef de gare SNCF

Marie Guilbaud Rousseau
Année de nomination : 2015
Date de naissance : 19/01/1889
Date de décés : 27/06/1968
Profession : Femme au foyer

Madeleine Houssay Guilbaud
Année de nomination : 2015
Date de naissance : 27/06/1923
Date de décés : 19/04/2011
Profession :

Localisation Ville : Abbaretz (44170)
Département : Loire-Atlantique
Région : Pays-de-la-Loire

Personnes sauvées

Ceremonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 25 Septembre 2016

L'histoire

Marie et Théodule Guilbaud
D’origine roumaine, David Stril Covrigaru arrive en France en 1920. Son épouse, Thérèse arrive de Transylvanie en 1930. David est culottier et Thérèse couturière. David qui était veuf, a un fils prénommé Jacques. David et Thérèse se marient en 1935. Leur fille Monique naît le 10 mars 1937. La famille vit avec la grand-mère dans un appartement de deux-pièces à Paris dans le 18ème arrondissement.

En 1939, le gouvernement français incite femmes et enfants à quitter Paris. Monique et sa mère partent vers la Bretagne. Elles arrivent à Abbaretz et sont accueillies avec d’autres réfugiées par Madeleine Guilbaud âgée de 16 ans, dont le père est chef de gare. Dans un premier temps, elles sont installées chez des fermiers et y séjournent quelques mois. David vient régulièrement leur rendre visite et se lie d’amitié avec le père de Madeleine. Puis Monique et sa mère Thérèse reviennent à Paris.

A l’été 1941, étant par chance absente de son domicile, la grand-mère échappe à une arrestation. La famille décide de quitter Paris. David et Thérèse veulent mettre Monique à l’abri. Ils envoient un télégramme aux Guilbaud. Madeleine et sa mère viennent chercher l’enfant à Paris et la ramènent à Abbaretz.

En 1942, Monsieur Guilbaud, que l’on appelait Pépé, prend sa retraite et va s’installer dans un autre village, Le Cellier en Loire-Atlantique où vivent ses enfants. Là, Monique commence à aller à l’école dans une école catholique. Chez les Guilbaud, Monique est choyée et Madeleine s’occupe d’elle comme d’une petite sœur.

Pendant cette période, les parents Covrigaru s’étaient réfugiés dans le Massif Central à Mandailles Saint-Julien où ils vivaient de petits travaux. A l’été 1943, Madeleine emmène Monique voir ses parents à Mandailles. Monique reste avec eux jusqu’à Noël 1943. Mais il y a dans le village un camp de prisonnier juifs et les Allemands recherchent aussi les résistants et notamment le directeur de l’école. La situation devient dangereuse. Une nouvelle fois, Madeleine et Yvette viennent chercher Monique qui reste chez les Guilbaud jusqu’à la Libération à l’été 1944.

Monique a quatre ans quand elle est prise en charge par la famille Guilbaud et huit ans quand elle les a quittés. Elle a vécu pendant toutes ces années choyée et protégée par chaque membre de cette famille. Les parents sont restés en relation avec les Guilbaud et ont continué à maintenir le contact par courrier quand ils sont partis s’installer en Israël en 1949. Monique vit aux Etats-Unis où elle s’est mariée et a fondé une famille.

Le 21 décembre 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Théodule Guilbaud, à son épouse Madame Marie Guilbaud ainsi qu’à leurs deux filles Madeleine et Yvette.

 

D gauche à droite Bertrand, Léonard, André, Georges, Madeleine et  Yvette et Yvon

Marie Guilbaud

De droite à gauche  Monique Courigaru, Georges Guilbaud, et Sylviane Guilbaud

Théodule chef de gare

Documents annexes

Article de presse - Ouest france du 12/09/2016 Article de presse – Ouest france du 12/09/2016
12 octobre 2016 14:55:27

Articles annexes




Mis à jour il y a 3 mois.