Les missions du comité

mercredi 10 juillet 2013



Lire la suite

Séminaires de formation à l'enseignement de la Shoah

jeudi 2 février 2017

à l'intention des enseignants du primaire et du secondaire


École Internationale de Yad Vashem à Jérusalem


Éduquer et transmettre sont au cœur des actions du Réseau "Villes et Villages des Justes de France", créé par le Comité Français pour Yad Vashem en 2012.

Les communes qui se sont engagées à nos côtés s'attachent à honorer la mémoire des Justes parmi les Nations et à transmettre leurs valeurs, à combattre le racisme et l'antisémitisme, en développant des initiatives pédagogiques, culturelles et mémorielles. Pour soutenir ces actions, notre Comité a décidé d'organiser à partir de 2017, à l'intention des enseignants français du primaire et du secondaire, des séminaires de formation à l'enseignement de la Shoah.

Ces séminaires d'une semaine, organisés pendant les congés scolaires, se dérouleront dans le cadre de l’École Internationale pour l’Enseignement de la Shoah de l'Institut  Yad Vashem à Jérusalem. Chaque groupe pourra comporter jusqu’à 25 participants, et l’enseignement, en Français, sera dispensé par des professeurs et des chercheurs d’Université.

pour tout renseignements supplémentaires veuillez nous contacter à l'adresse suivante: yadvashem.france@wanadoo.fr

 

Lire la suite

3 familles du Marais face à la rafle du Vel d'Hiv   

Paris, 1942. Trois familles juives – les Sebbane, les Polakiewicz et les Zonszajn – habitent au 43, rue Vieille du Temple, dans le 4ème arrondissement de Paris, au coeur d'un quartier juif animé où vivent principalement des immigrants d'Europe de l'Est.

Le 16 juillet 1942, lors de la rafle tristement célèbre du Vél' d'Hiv, de nombreux Juifs du quartier sont arrêtés. Les familles Polakiewicz et Zonszajn en font partie. Un policier compréhensif offre aux enfants Polakiewicz la possibilité de s'enfuir mais ils ne peuvent se résigner à quitter leurs parents. Les noms des membres de la famille Sebbane, quant à eux, ne figurent pas sur les listes des Juifs à arrêter, peut-être du fait de leur origine française.

Après la rafle, n'ayant personne vers qui se tourner, les Polakiewicz et les Zonszajn écrivent à madame Sebbane pour lui raconter leur calvaire et lui demander de l'aide. Les enfants Zonszajn sont séparés de leur mère à Pithiviers, puis déportés, seuls, à Auschwitz. Le jeune Jackie, 10 ans, écrit lui aussi à madame Sebbane, décrivant son calvaire avec force détails et fournissant ce faisant un témoignage rare. Celui d'un des enfants déportés de France.

L'exposition retrace, à l'aide de témoignages, de photographies et des lettres adressées à madame Sebbane par ses voisins, la destinée des trois familles à partir de cette tragique journée du mois de juillet 1942.

Dossier de demande de reconnaissance

 

Comment  constituer un dossier ?

 

Carte de France des Justes

Centre Bourgogne Champagne-Ardenne Nord-Pas-de-Calais Picardie Bretagne Ile-de-France Lorraine Alsace Haute-Normandie Basse-Normandie Pays-de-La-Loire Franche-Comté Rhône-Alpes Auvergne Poitou-Charentes Limousin Aquitaine Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Provence-Alpes-Cote-D'Azur Corse Carte de France des Justes
Passez la souris sur la carte

Les Justes parmi les Nations dans le monde

(informations en anglais)

Saisissez votre e-mail pour recevoir les informations du Comité Français

Hersin-Coupigny - À l’entrée du jardin public, une plaque à la mémoire de trois Justes

mercredi 15 novembre 2017

Du 11/10/2017

Perrine, maire du conseil municipal des jeunes, a eu l'honneur de couper le ruban au côté des élus adultes.

 

 

 

Le jardin public a fait peau neuve. Entouré de grille en fer forgé, il est plus beau, plus sécurisé. Des tourniquets filtrent les entrées. Les chemins piétonniers invitent à la quiétude et l’aire de jeu attend les rires des enfants. Et puis trois Justes y sont à l’honneur.

Odile Guerrier et Édith Vercaemer, les architectes paysagistes, et leur équipe ont œuvré pour rendre le jardin public agréable et contemporain. Les travaux ont été assurés par l’entreprise Bonnet et les agents des services techniques, dirigés par Bernard Furet, ont participé à la rénovation du site.

À l’entrée du jardin public, à quelques pas de l’hôtel de ville, figurent maintenant les noms de Joséphine et Olivier Bultez, justes parmi les Nations. Des lettres blanches sur les murets en gabions. Entre juin et septembre 1944, le couple a accueilli, au sein de leur famille, dans leur maison à Hersin, Yanchel, alias Jean Breitburd, un juif de 44 ans, afin de le soustraire à la barbarie nazie. Un acte désintéressé et courageux que la municipalité a tenu à honorer en donnant leurs noms à ce lieu où se côtoient plusieurs générations dont certaines ont connu l’horreur du nazisme.

« Nous rendons hommage à des femmes et à ces hommes, assassinés par des êtres barbares, lâches et abjects »

Les époux Bultez ont été honorés par l’état d’Israël, en recevant, à la mairie hersinoise, à titre posthume, la médaille et le diplôme des Justes parmi les Nations. Leurs noms sont gravés à Jérusalem. Joséphine et Jean ont quitté ce monde, respectivement en 1978 et 1980. Mais leurs familles étaient présentes à la cérémonie. David et Nathalie, leurs petits-enfants, étaient venus en compagnie de leurs enfants.

Sylvie Patou 

Lire la suite

Le Lien Francophone

Septembre-Octobre 2017 - N°59

Septembre-Octobre 2017 - N°59
Télécharger:
Lien francophone 59.pdf
(2,2 MB)

Rapport d'activité

Rapport d'activité 2016

Rapport d'activité 2016
Télécharger:
Rapport activite 2016.pdf
(3,8 MB)

Ecole internationale de l'enseignement de la Shoah

Campagne de recherche des noms des victimes de la Shoah

Campagne de recherche des noms des victimes de la Shoah

Télécharger la feuille de témoignage (DAF-ED)

En savoir plus

Avec le soutien de

Avec le soutien de La Fondation pour la Mémoire de la Shoah