Les missions du comité

mercredi 10 juillet 2013



Lire la suite

Séminaires de formation à l'enseignement de la Shoah

mercredi 19 décembre 2018

A l'intention des enseignants du primaire et du secondaire
les inscriptions pour 2019 sont maintenant closes

Télécharger la plaquette du séminaire

 

Nous avons le plaisir de vous informer que le Comité Français pour Yad Vashem organisera pour la troisième année, en 2019, deux séminaires de formation à l’enseignement de la Shoah à l’intention d’enseignants français des enseignements primaire et secondaire. Ces séminaires se dérouleront, l’un du 7 au 15 juillet 2019, l’autre du 22 au 30 octobre 2019, dans le cadre de l’Ecole Internationale pour l’Enseignement de la Shoah de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem. Chaque session peut comporter trente professeurs. L’enseignement est dispensé en français par des chercheurs et des professeurs des universités françaises et israéliennes.

Depuis 2017, 4 séminaires ont été réalisés, regroupant 109 enseignants originaires de 17 académies. Le niveau très élevé de satisfaction exprimé par les participants, les nombreux projets pédagogiques qui s’ensuivent nous incitent à poursuivre cette action, et à faire bénéficier des enseignants de notre pays des approches novatrices et pluridisciplinaires de l’Ecole Internationale ainsi que de l’exceptionnelle richesse mémorielle de Yad Vashem.

Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah



Lire la suite

Exposition numérique

les "Justes parmi les Nations" de Paris


Plus de 70 ans après la Libération des camps de la mort, cette magnifique exposition rend hommage aux Parisiennes et aux Parisiens qui, dans la nuit de l’Occupation, ont mis en danger leur vie pour mettre à l’abri et sauver d’autres vies – celles d’hommes, de femmes et d’enfants persécutés et voués à la mort pour être nés juifs.

21e Festival du Cinéma Brésilien de Paris

lundi 1 avril 2019

Luiz Martins de Souza Dantas Dans le cadre du 21e Festival du Cinéma Brésilien de Paris, du 9 au 16 avril prochains,

Nous vous informons de la projection du film « Cher Ambassadeur », le dimanche 14 avril à 16H00

Au cinéma l’Arlequin, 76 rue de Rennes – 75006 Paris (Métro Saint-Sulpice, ligne 4)

Le film sera suivi d’un débat avec le réalisateur, en présence d’un délégué régional Ile-de-France du Comité Français pour Yad Vashem.

Vous trouverez ci-joint un document présentant ce film documentaire qui retrace l’histoire de Luiz Martins de Souza Dantas,

Ambassadeur du Brésil en France de 1922 à 1944, nommé Juste parmi les Nations en 2002.

Les billets sont en vente sur place avant la séance, au tarif de 5€ si vous vous présentez au nom du Comité Français pour Yad Vashem.

 

Festival cinéma brésilien
Lire la suite

Cérémonies à venir

06/06/2019

Pierre DELBOS

Île-de-France - Hauts-de-Seine

 

Voir les autres cérémonies à venir

Carte de France des Justes

Centre Bourgogne Champagne-Ardenne Nord-Pas-de-Calais Picardie Bretagne Ile-de-France Lorraine Alsace Haute-Normandie Basse-Normandie Pays-de-La-Loire Franche-Comté Rhône-Alpes Auvergne Poitou-Charentes Limousin Aquitaine Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon Provence-Alpes-Cote-D'Azur Corse Carte de France des Justes
Passez la souris sur la carte

Dossier de demande de reconnaissance

 

Comment  constituer un dossier ?

 

Les Justes parmi les Nations dans le monde

(informations en anglais)

Dernières Lettres de la Shoah

1941-1942


Yvelines. Brueil-en-Vexin : l’ancien maire a sauvé une mère et sa fille juives de la déportation

mercredi 22 mai 2019

Du 17/05/2019

 

 

 

Bruno Caffin, le maire de Brueil-en-Vexin (Yvelines), entouré du député et de la conseillère départementale, ce 8 mai, quand la plaque a été dévoilée.

Henri Debauge, ancien maire de Brueil-en-Vexin (Yvelines), a hébergé une mère et sa fille juives pendant la guerre. Pour cela, lui et son épouse Thérèse ont été nommés Justes parmi les nations à titre posthume en 2006. Le maire actuel, Bruno Caffin, leur a rendu hommage en dévoilant ce 8 mai une plaque en leur mémoire apposée sur leur ancienne maison.

Début 1944, Madame Tyger et sa fille Marguerite ont fui leur appartement parisien, alors que la Gestapo frappait aux portes. Des amis et des membres de leur famille les ont aidés à rejoindre Brueil pour loger chez des amis de l’employeur de Madame Tyger, les Debauge, dont le mari était le maire du village à l’époque.

Le couple va cacher les deux fugitives chez lui jusqu’à la Libération en septembre 1944, les traitant avec bonté et générosité. Des années après, Marguerite Tyger témoigne de sa reconnaissance envers ceux à qui elle doit sans doute la vie : « J’avais 14 ans quand je suis arrivée ici. Jamais je n’oublierai ces personnes qui nous ont accueillies sans rien en retour. On avait tout ce qu’il nous fallait et on était en sécurité. Nous faisions partie de la famille. J’espère que cela servira d’exemple aux jeunes générations, pour qu’elles continuent à se donner la main. »

Elle était restée très proche des Debauge jusqu’à leur décès.

Renaud Vilafranca

Lire la suite

Le Lien Francophone

Avril - N°65

Avril -  N°65
Télécharger:
Lien francophone 65.pdf
(1,3 MB)

Rapport d'activité

Rapport d'activité 2017

Rapport d'activité 2017
Télécharger:
rapport-activite-2017.pdf
(1,9 MB)

Ecole internationale de l'enseignement de la Shoah

Campagne de recherche des noms des victimes de la Shoah

Campagne de recherche des noms des victimes de la Shoah

Télécharger la feuille de témoignage (DAF-ED)

En savoir plus

Saisissez votre e-mail pour recevoir les informations du Comité Français

Avec le soutien de

Avec le soutien de La Fondation pour la Mémoire de la Shoah