Dossier n°4196

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
Edouard Sérullaz
Date de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Gertie Sérullaz
Date de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : mère de 3 enfants

Janine Sérullaz
Date de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : adolescente

René Sérullaz
Date de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Localisation 69000 Lyon - Département : Rhône - Région : Auvergne-Rhône-Alpes France


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2020, le titre avait été décerné à 27712 personnes à travers le monde, dont 4130 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Gertie Sérullaz et sa famille vinrent en aide à maintes reprises à Madeleine Strauss, une camarade de classe de sa fille Janine, en l’hébergeant plusieurs fois pendant l’Occupation malgré les lourdes peines dont était passible toute personne donnant asile à un Juif. La famille Strauss, qui s’était réfugiée à Lyon au début de la guerre, avait dû s’enfuir en mars 1944, car des agents de la Feldgendarmerie recherchaient Mme. Strauss. Après s’être cachés pendant dix jours chez les Mullet (q.v.), les Strauss étaient partis pour Artemare (Ain). Ils avaient été munis de faux papiers d’identité et de fausses cartes d’alimentation, mais n’osaient pas s’en servir car la falsification était trop visible. Madeleine, elle, avait une carte d’alimentation authentique, où elle avait modifié sa date de naissance. L’adolescente devait retourner chaque mois à Lyon pour obtenir les nouveaux coupons. Les fonctionnaires du centre de distribution, favorables à la Résistance, faisaient semblant de ne pas s’apercevoir de la retouche. A chacun de ses voyages à Lyon, Madeleine allait habiter chez son amie Janine Sérullaz. Cela dura de mai à juillet 1944. M. et Mme Sérullaz prenaient d’énormes risques pour eux et pour leurs trois enfants en hébergeant une juive. Le danger devint d’autant plus grand que les auteurs des faux papiers avaient été arrêtés, et que l’immeuble où vivaient les Sérullaz jouxtait le bâtiment de la Préfecture.

Le 28 avril 1989, Yad Vashem a décerné à Gertie Sérullaz et à ses trois enfants, Janine, René et Edouard Sérullaz, le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article




Mis à jour il y a 6 mois.