Dossier n°4880

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1991
Paulette Happ
Année de nomination : 1991
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Couturière

Localisation Ville : Paris (75005)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2020, le titre avait été décerné à 27712 personnes à travers le monde, dont 4130 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Paulette Happ était couturière chez un tailleur juif de Paris, Jacques Cling. En 1941, lorsque le magasin fut mis sous séquestre, le tailleur transféra son activité dans l’appartement où il vivait avec ses deux garçons, Willy et Maurice. Paulette continua à travailler pour lui. Au cours de l’année 1943, les arrestations de Juifs se multipliant, la famille Cling alla souvent se réfugier dans la petite maison où Paulette habitait avec sa soeur, Gilberte, et le mari de cette dernière, Henri Mabon. Malgré le danger et les conditions difficiles, ils étaient toujours bien reçus. Le 4 mai 1944, les Cling ne quittèrent pas leur appartement à temps. Ils furent arrêtés et déportés à Auschwitz. Seul Maurice en revint. Son cousin, Charles Ruhla, avait 14 ans au moment de l’arrestation des Cling. Lorsque ses parents apprirent la nouvelle, ils s’enfuirent de Paris et se cachèrent à Coublon, petit village à l’est de la capitale. Charles, lui, fut recueilli par Paulette et les Mabon dans leur village natal de Domat (Yonne). Jusqu’à la Libération, quatre mois plus tard, ils s’occupèrent de lui avec dévouement, en le traitant comme un membre de la famille.

Le 27 février 1991, Yad Vashem a décerné à Paulette Happ et à Henri et Gilberte Mabon, le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article




Mis à jour il y a 8 mois.