BALESTE Jacqueline

Le témoignage que l’on peut entendre en cliquant sur ce document est extrait de « l’Allée des Justes », série radiophonique en 10 épisodes de 7 minutes issue de la première collecte de témoignages de Justes des Nations réalisée en Françe. A l’initiative des Ateliers de Création de Radio France et du Comité Français pour Yad Vashem, une soixantaine d’entretiens ont été effectués dans toute la France pour recueillir les témoignages de ces Français qui, au péril de leur vie, ont sauvé des Juifs pendant la Shoah.

Avant la guerre, le témoin, Monique Escudero (née Segal) vivait avec sa mère, sa sœur et sa grand-mère à Paris. Son père, Aaron Segal, avait été porté disparu en 1940 et sa grand-mère déportée en 1942. Monique avait 4 ans en 1942 lorsqu’elle fut placée, pour un mois de vacances, par le Secours National dans une famille d’accueil dans les Landes, chez M. & Mme Baleste et leur fille Jacqueline, qui vivaient avec les grands-parents, M. & Mme Duvignac. Au bout de ce mois, par une lettre, la mère de Monique demanda aux Baleste de garder la petite fille car toute la famille était recherchée par les Allemands.
Par sécurité, ils firent baptiser la petite Monique qu’ils firent passer pour leur fille. Sa mère, Rachel et son oncle Joseph Leiba, qui étaient entrés dans la Résistance, lui rendaient visite de temps en temps mais, dénoncés par quelqu’un du village, ils cessèrent les visites pour ne pas faire risquer la dénonciation aux Baleste, qui étaient très surveillés.
Monique resta dans la famille Baleste jusqu’en 1950.

Télécharger: 6654.mp3 (4,4 MB)