Dossier n°1016

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1976
Georgette Delcroix
Année de nomination : 1976
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Victor Delcroix
Année de nomination : 1976
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Industriel

Localisation Ville : Lille (59000)
Département : Nord
Région : Hauts-de-France

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Victor Delcroix dirigeait une importante usine à Lille. Sa femme Georgette et lui n’hésitèrent pas à aider des Juifs à plusieurs reprises, malgré le danger que cela impliquait dans cette ville occupée. Le 11 septembre 1942, juste avant Rosh Hachana, eut lieu une grande rafle des Juifs de Lille et de sa région. Victor Delcroix se précipita chez les Biezunski, des réfugés juifs qui étaient ses amis, et amena chez lui le couple et leur petit garçon de trois ans. Ils y restèrent cachés jusqu’à ce que l’industriel ait réussi à leur procurer de faux papiers. Victor Delcroix les conduisit ensuite jusqu’à la ligne de démarcation. Sa femme Georgette les attendait de l’autre côté, et les aida à arriver en Dordogne. Grâce au dévouement des Delcroix, la famille Biezunski survécut à l’Occupation. Victor et Georgette vinrent également au secours de Bernard et Hélène Barnink. Ces réfugiés juifs belges étaient les amis des Biezunski, qui les avaient adressés aux Delcroix. Victor les aida à trouver une cachette où ils vécurent en sécurité jusqu’à la Libération. Salomon et Nelly Wiener, des parents des Biezunski, eurent également la vie sauve grâce à l’asile que leur avait trouvé Victor Delcroix.

Le 19 février 1976, Yad Vashem a décerné à Victor et Georgette Delcroix le titre de Juste des Nations.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes