Dossier n°10279 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2004

Lucien Garrigou

Année de nomination : 2004
Date de naissance : 05/01/1913
Date de décés : 08/05/2006
Profession : HĂ´telier

Localisation Ville : Sarlat-la-Caneda (24200)
DĂ©partement : Dordogne
RĂ©gion : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

Lucien Garrigou
Lucien Garrigou, propriétaire de l’hôtel Saint Albert à Sarlat la Caneda (Dordogne), était un résistant de la première heure. Son hôtel avait été surnommé par les résistants « la bonne maison ». Ils y avaient amené à plusieurs reprises des réfugiés juifs et Lucien Garrigou se préoccupait de leur trouver des points de chute. Ils constitua ainsi une filière de sauvetage improvisée, assumant tous les risques de son action. En avril 1943 les Allemands s’emparèrent dans la région de 28 Juifs, tandis que Luba Zylbercwajg et sa fille Jacqueline âgée de quatre ans, dont toute la famille venait d’être arrêtée se réfugièrent chez Lucien Garrigou. Celui-ci cacha la mère dans le sous-sol de l’hôtel et la fillette dans son propre appartement, les prenant en charge  jusqu’à la Libération. Il affirmait lorsqu’il était questionné qu’il n’y a avait aucun Juif dans le coin. Le 25 juin 1944, les Allemands traversèrent  Sarlat, et Lucien Garrigou en compagnie du maire leur assura qu’aucun incident ne troublerait leur passage, sauvant ainsi la ville. En 2004, alors âgé de 92 ans,  il a déclaré : « ce que j’ai fait, tout être normal l’aurait fait » !

Le 27 mai 2004, l’institut Yad Vashem JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Lucien Garrigou le titre de Juste parmi les Nations.

La remise de la médaille

Photos lors de la cérémonie

Documents annexes

Hommage Ă  Lucien Garrigou Hommage Ă  Lucien Garrigou
6 octobre 2014 10:01:09
Article de presse - L'essor sarladais du 24/12/2004 Article de presse – L'essor sarladais du 24/12/2004
6 octobre 2014 09:59:50
Article de presse - L'Ă©cho de la dordogne du 21/12/2004 Article de presse – L'Ă©cho de la dordogne du 21/12/2004
6 octobre 2014 09:57:21
Article de presse - Sud ouest du 18/12/2004 Article de presse – Sud ouest du 18/12/2004
6 octobre 2014 09:55:53
Article de presse - RĂ©ussir lĂ© PĂ©rigord du 17/12/2004 Article de presse – RĂ©ussir lĂ© PĂ©rigord du 17/12/2004
6 octobre 2014 09:53:51
Article de presse - Sud Ouest du 21/09/2004 Article de presse – Sud Ouest du 21/09/2004
6 octobre 2014 09:51:33
Invitation cérémonie Garrigou Invitation cérémonie Garrigou
6 octobre 2014 09:45:15

Articles annexes