Emilienne Guillet Castel
Année de nomination : 2004
Date de naissance : 22/11/1900
Date de décés : 06/11/1954
Profession : Femme au foyer

Robert Guillet
Année de nomination : 2004
Date de naissance : 26/11/1895
Date de décés : 04/06/1948
Profession : Facteur

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Ceremonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 19 Juin 2005

L'histoire

Robert et Emilienne Guillet étaient de famille modeste, le chef de famille exerçant la fonction de facteur à Donnemarie en Montos (Seine et Marne). Ils connaissaient bien la famille Bergher de Paris qui louait tous les ans une maison dans le village durant les vacances scolaires et avaient l’habitude de laisser en pension chez les Guillet leur fils Maurice. Lorsqu’en juillet 1942 ils demandèrent aux Guillet d’accueillir Maurice, alors âgé de neuf ans, pour le mettre à l’abri, Emilienne vint elle-même le chercher à Paris accompagnée de ses fils André et Roger. André, évadé du S.T.O. braconnait avec lui dans les bois, comportement qu’il jugeait alors normal. Un jour où sa ration de pain avait été dévorée par les souris, tous partagèrent leur ration avec l’enfant.. Aux yeux des voisins Maurice passait pour un cousin parisien et, avec la complicité du maire, son nom avait été modifié en Berger. Il aidait à s’occuper de la petite fille de ses hôtes, Simone Bodier, dont le père était alors en Allemagne, allait à l’école et jouissait de l’affection de toute la famille. Il resta là jusqu’au printemps 1946, toute sa famille ayant été déportée. Il a toujours regretté que ses parents n’aient pas aussi confié leurs deux filles à ces gens de bien, généreux et courageux. Evoquant leurs liens avec Henri, les Guillet ont écrit: « Aujourd’hui encore, il fait partie de notre famille, ainsi que sa femme et ses enfants ».

Le 11 mai 2004, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah a décerné à Robert et Émilienne Guillet le titre de Juste parmi les Nations.

Le témoignage

D’origine roumaine, Haïm & Bina Bergher vivaient avant guerre à Paris avec leurs trois enfants : Maurice, ses soeurs Julia et Vera. Une partie de leur appartement au 50, rue Labat dans le 18ème à Paris servait d’atelier, car Monsieur Bergher était tailleur pour dames. Sa
femme travaillait avec lui, ainsi que trois employés.

Chaque été, la famille louait pour un mois de vacances une maison à Donnemarie-Dontilly . Au bout de ce mois, Maurice était laissé en pension jusqu’à la fin des vacances scolaires dans la Famille Guillet, leurs sympathiques voisins.

Lors de la grande rafle du 16 juillet 42, Maurice assiste à l’arrestation d’un des employés et de ses deux enfants. Pour protéger leur fils, les parents Bergher prennent immédiatement contact avec Madame Guillet, qui vient aussitôt chercher l’enfant et l’emmène chez elle.

Les parents de Maurice, ainsi que ses deux sœurs, sont arrêtés peu après, le 24/09/42 et déportés à Auschwitz par le Convoi 38.

Maurice a été accueilli avec chaleur et affection par les époux Guillet eux-mêmes parents de quatre enfants et qui gardaient aussi une grand-mère. Robert Guillet était facteur, les revenus étaient modestes, mais aucune différence n’était faite entre les enfants. Le nom de Maurice avait pu être changé en Berger, grâce à l’intervention du maire de l’époque, M. Joseph Lecointre.

Maurice n’a quitté ses sauveteurs qu’en 1946 lorsqu’un oncle maternel est venu le prendre en charge. Des relations amicales et affectueuses ont toujours été conservées entre Maurice et ses sauveteurs, en particulier avec Denise, aujourd’hui Madame Fromont, sa compagne de jeux d’enfance.

Documents annexes

Article de presse Article de presse
27 juin 2015 10:18:54
Article de presse Article de presse
27 juin 2015 10:18:30
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
27 juin 2015 10:18:04

Articles annexes




Mis à jour il y a 5 jours.