Dossier n°10442

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2005
Maurice Genest
Année de nomination : 2005
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Ingénieur des Ponts et Chaussées

Localisation Ville : Tours (37000)
Département : Indre-et-Loire
Région : Centre-Val de Loire

Personnes sauvées

Ceremonies

    Date de Cérémonie de reconnaissance: 26 Septembre 2006


    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2020, le titre avait été décerné à 27712 personnes à travers le monde, dont 4130 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Maurice Genest
    Maurice Genest, ingénieur des Ponts et Chaussées à Tours (Indre-et-Loire), bénéficiait, grâce à ses fonctions, d’un permis de circuler librement dans tout le département, un ausweis signé par la Kommandantur, et des attributions nécessaires en essence. En 1940, il fit passer la ligne de démarcation à un prisonnier de guerre évadé. Cette initiative individuelle s’élargit bientôt à la création d’une filière d’évasion de prisonniers, résistants, réfractaires du STO et Juifs pourchassés. M. Genest était aussi expert en écriture près les tribunaux. Habitué à déceler les faux, il devint virtuose pour les confectionner. Il munissait de faux papiers les personnes qu’il faisait passer en zone sud. Des lettres de remerciements datant de l’après-guerre confirment qu’en juillet 1942, il fit passer la ligne de démarcation à une famille de neuf Juifs en danger. René et Marcel Borg s’étaient présentés à son bureau pour lui demander assistance. Il abandonna ses activités et, après leur avoir donné de fausses identités, les conduisit à travers champs jusqu’au bord de la Creuse, en zone sud. Les deux frères Borg lui demandèrent alors de renouveler son acte courageux pour la femme d’André et ses deux filles, pour la femme de René, réfugiée de Moselle, et leur belle-famille, M. et Mme Schaefer et leur fille Jeanne, fuyant les persécutions au Luxembourg. Jeanne ne se souvenait pas de l’identité de son passeur mais garda en mémoire qu’elle avait passé la ligne de démarcation « en voiture qui roulait très vite et qu’à un certain moment, il y eut des bruits très forts qui, dans mon esprit, étaient des coups de feu ». Le recoupement de son témoignage avec les lettres d’après-guerre permit d’identifier Maurice Genest comme étant le passeur, auteur de cet acte périlleux. Il rendit des services semblables aux réseaux de Résistance Cohors-Asturies et Alliance. En 1943, il dut plonger dans la clandestinité parce que recherché par la Gestapo.     

    Le 20 juin 2005, Yad Vashem a décerné à Maurice Genest le titre de Juste des Nations.

     

    Documents annexes

    Invitation cérémonie Genest Invitation cérémonie Genest
    27 mai 2015 08:12:30

    Articles annexes

    Aucun autre article




    Mis à jour il y a 3 mois.