Dossier n°10448

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2004
Jean-Claude Genet
Année de nomination : 2004
Date de naissance : 12/09/1882
Date de décés : 23/08/1944
Profession : Cultivateur

Marthe Genet Chaux
Année de nomination : 2004
Date de naissance : 31/03/1887
Date de décés : 15/12/1959
Profession : Cultivatrice

Localisation Ville : Simard (71330)
Département : Saône-et-Loire
Région : Bourgogne-Franche-Comté

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2020, le titre avait été décerné à 27712 personnes à travers le monde, dont 4130 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Jean Claude Genet
 

Marthe Genet
Jean-Claude et Eugénie-Marthe Genet étaient cultivateurs au Hameau du Petit Cerisier près de Simard (Saône et Loire) et avaient un fils prisonnier de guerre. Ils n’étaient plus tout jeunes lorsqu’en 1943  Madame Cwajg, cachée non loin de là,  leur demanda de bien vouloir abriter son fils Henri alors âgé de 10 ans. Ils acceptèrent et traitèrent l’enfant réellement comme un fils. Ils le savaient juif comme d’ailleurs tous leurs voisins. Il les aidait à garder les vaches et lorsque les Allemands, dans leur retraite, traversèrent le village le 23 août 1944, Jean-Claude Genet lui ordonna de libérer les vaches et d’aller se cacher. Les Allemands frappèrent Eugénie Genet, pourtant invalide, mirent le feu à la ferme et fusillèrent le valeureux cultivateur sous les yeux de l’enfant qui fut lui-même blessé à la jambe. Henri se réfugia chez un voisin Monsieur Gaudillat, au hameau des Toppes, qui le porta sur son vélo durant sept kilomètres pour l’amener chez sa mère. Henri Cwajg voue à ses sauveurs une reconnaissance éperdue.

Le 27 décembre 2004, Yad Vashem a décerné à Jean-Claude et Eugénie-Marthe Genet le titre de Juste parmi les Nations.

Henri Cwajg enfant sauvé

Mémorial à Simard

Documents annexes

Article de presse - L'indépendant du 23/08/2014 Article de presse – L'indépendant du 23/08/2014
9 septembre 2014 11:56:02
Exposition sur les Justes Genet Exposition sur les Justes Genet
9 septembre 2014 11:54:53

Articles annexes




Mis à jour il y a 3 mois.