Dossier n°10912 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Emile Fontaine

Année de nomination : 2006
Date de naissance : 10/02/1905
Date de décès : 30/03/1944
Profession : Gérant d’une coopérative agricole, syndicaliste agricole
    Localisation Ville : Les Mazures (08500)
    Département : Ardennes
    Région : Hauts-de-France

    L'histoire

    En 1941, Emile Fontaine (né en 1905), habite le village d’Aubenton (Aisne) et entre dans la Résistance. Divorcé et père d’une fille, il rencontre Annette Pierron, une jeune veuve qui habite la ferme de sa mère, Camillle Pierron, dans le même village. Emile et Annette étaient en couple et en 1944 leur fille, Annie (Determe) est née. Le couple ne vit pas ensemble et ne se marie pas en raison des risques inhérents aux activités clandestines de Fontaine. Un jour de la fin de l’été 1943, Fontaine est arrêté alors qu’il conduit un camion qui transporte une grande quantité de vivres des fermes de la région à destination des partisans. A l’époque, il est soupçonné d’être un trafiquant de marché noir et est incarcéré dans le camp voisin des Mazures pendant 5 mois. Le camp abritait 288 Juifs d’Anvers, en Belgique, qui avaient été déportés dans ce camp en 1942. Il fut choqué par les terribles souffrances des détenus juifs et leur donna son adresse avec la promesse que quiconque parviendrait à s’échapper recevrait sa protection et abri. Le 4 janvier 1944, Les Mazures sont fermées. Les détenus ont été embarqués dans des camions et conduits à la gare de la ville de Charleville, où ils devaient être transférés dans des trains et envoyés à Drancy. Vingt-quatre ont réussi à s’échapper en route du camp vers Drancy, dont 12 ont été sauvés ou ont survécu avec l’aide d’Emile Fontaine. Les 264 Juifs restants dans le transport ont atteint Drancy, d’où ils ont été déportés à Auschwitz. Seuls 27 d’entre eux ont survécu. Nathan Szuster a réussi à s’échapper alors qu’ils étaient transférés du camion au train, dans la gare de Charleville. Il connaissait l’adresse à Aubenton que Fontaine leur avait donnée et décida qu’il tenterait de s’y rendre. Trois autres avaient également réussi à s’échapper, Harry Reicher, Léopold (Paul) Aron et Salomon (Stan) Kogel. Tous les quatre étaient cachés dans la ferme de Camille Pierron et de sa fille Annette. Fontaine a fourni à Szuster une fausse carte d’identité et il a déménagé dans le sud de la France, à la frontière avec l’Espagne. Ses amis ont également survécu et après la guerre, sont retournés en Belgique et ont fondé des familles. Le 30 mars 1944, Emile Fontaine est arrêté par la Gestapo et abattu. En 1946, une plaque est apposée sur le mur du bâtiment de la mairie du village d’Aubenton en l’honneur d’Emile Fontaine héros du maquis ardennais qui nous sauva et fut victime de ses efforts en faveur de 12 camarades juifs belges de la Camp de concentration des Mazures ».

    Le 14 aout 2006, Yad Vashem – Institut international pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à M. Emile Fontaine, le titre de Juste parmi les Nations.

     




    Mis à jour il y a 12 mois.