Dossier n°10961 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2006

Emile Faure

Année de nomination : 2006
Date de naissance : 12/12/1899
Date de décés : 05/11/1960
Profession : Enseignant

Marie-Louise Faure Chéroux

Année de nomination : 2006
Date de naissance : 20/05/1901
Date de décés : 11/02/1972
Profession : Enseignante

Localisation Ville : Limoges (87000)
DĂ©partement : Haute-Vienne
RĂ©gion : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

Emile et Marie-Louise Faure vivaient à Limoges en Haute-Vienne. Tous deux étaient professeurs. Le 10 février 1944, ils accueillirent et cachèrent chez eux un jeune homme de 17 ans, Jean-Jacques Mirisch. En 1940 il avait quitté Paris avec ses parents et ils avaient emménagé à Limoges où ils étaient locataires d’un appartement. Jean-Jacques allait au lycée et Emile Faure un de ses professeurs lui accordait une attention spéciale et lui donnait même des cours privés.

Quand les agents de la Gestapo se présentèrent à l’appartement des Mirisch pour les arrêter, seul Jean-Jacques était là et il put échapper en sautant du toit. Bien que s’étant fait mal à la jambe, il réussit à aller jusqu’à la maison de ses amis, la famille Faure. Emile vint le chercher pour l’emmener chez lui.

C’est là qu’il apprit que la Gestapo avait arrêté sa mère. Elle fut déportée à Auschwitz et assassinée. Son père trouva une autre cachette. Marie-Louise soigna ses blessures et toute la famille prit soin de lui. Emile était dans la Résistance et obtint des faux papiers pour Jean-Jacques et pour son père, Salomon.

Fin février Jean-Jacques quitta Limoges pour Nantes. Quelques semaines plus tard, le père et le fils se retrouvèrent quand ils se joignirent à un groupe de partisans. Le commandant était soupçonneux quant à leur identité jusqu’à ce qu’Emile Faure vienne prendre leur défense et confirmer qu’ils étaient Juifs et qu’il leur avait fourni des faux papiers.

Le 8 novembre 2006, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Emile Faure et à son épouse Madame Marie-Louise Faure

 

Emile et Marie-Louise FAURE

Emile et Marie-Louise FAURE

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes