Dossier n°10970

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2006
Abel Fournier
Année de nomination : 2006
Date de naissance : 15/03/1904
Date de décés : 20/06/1988
Profession : Employé à la SNCF, aiguilleur

Suzanne Fournier Morin
Année de nomination : 2006
Date de naissance : 10/06/1906
Date de décés : 13/08/2003
Profession : sans profession, mère de 2 enfants

Localisation Ville : Vigny (89210)
Département : Yonne
Région : Bourgogne-Franche-Comté

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 02 Juin 2008

L'histoire

Suzanne et Abel Fournier en 1945

Juda et Tobe Fechter, originaires de Bessarabie, ont deux filles. Evelyne née en 1934 et sa soeur Dina en 1941.

En 1942, Juda Fechter est arrêté et envoyé dans un camp, mais il s’évade et se réfugie dans un hôpital psychiatrique. Il ne retrouvera sa famille qu’à la fin de la guerre.

En juillet 1942, la police française arrête Tobe Fechter. Par miracle, le policier qui l’emmène ne prend pas ses deux filles. Evelyne 8 ans, et Dina 1 an. Il accepte qu’elles se rendent à une autre adresse. Leur mère les envoie chez sa soeur Tzipa Zélik. Tandis qu’elle-même est internée à Drancy, puis déportée à Auschwitz dont elle ne reviendra pas.

Tzipa Zélik vient de subir un grave traumatisme. En juillet 1942, elle est arrêtée chez elle avec ses trois filles par la police française. Elles sont amenées au Vel d’Hiv puis à Pithiviers où leur déportation est prévue par le convoi 16, le 6 aout 1942. Le père a été réquisitionné, soi-disant pour travailler dans une usine d’uniformes allemands. Mais grâce à un mouvement de Résistance, il a pu se procurer un ausweiss qui libérera sa famille et lui permettra d’obtenir de faux papiers.

C’est à la suite de ces évènements que Tzipa Zélik recueillera Evelyne et Ida Fechter, les deux filles de sa soeur.

En septembre 1942, la petite Dina doit subir une opération des amygdales. A l’Hôpital, sa voisine de lit est une enfant Fournier. C’est ainsi que Tzipa Zélik fait leur connaissance. Totalement désemparée par les drames survenus dans sa famille, elle se confie aux Fournier, leur expliquant qu’elle ne sait où aller avec cinq enfants. Aussitôt, Abel Fournier promet aide et assistance.
Faisant partie du réseau de résistance de la SNCF, il fait le nécessaire pour que celui-ci puisse mettre en lieu sûr ses sept protégés. Soit la famille Zélik : le père, la mère, et trois filles, ainsi que les deux
enfants Fechter. Il les amène à 150 km de Paris, au village de Vigny, dans l’Yonne, et les loge dans une maison inoccupée près de la sienne
(le propriétaire étant prisonnier en Allemagne)

Monsieur et Madame Fournier ont assuré les besoins de cette famille durant deux ans, de 1942 à la libération en aout 1944, leur apportant généreusement soutien moral et matériel, mettant en outre à leur disposition, une parcelle de terre pour leur permettre de planter et de cultiver des légumes.

Les habitants du village connaissaient l’identité et la situation de ces réfugiés, mais personne n’a parlé, alors que des troupes allemandes étaient stationnées à 1 km 500 et qu’un poste de commandement où des résistants étaient arrêtés et torturés était installé à 5 km.

Suzanne et Abel Fournier ont pris de nombreux risques pour eux- mêmes et leur fille Gisèle, née en 1932, durant cette période très dangereuse, par pure fraternité et noblesse d’âme.

Après la libération, les familles Fechter et Zélik ont gardé des sentiments de gratitude et d’amitié pour leurs sauveurs et leur fille Gisèle, entrée dans les ordres en 1957.

Le 17 Décembre 2006, Yad Vashem-Institut International pour la mémoire de la Shoah a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Abel Fournier et son épouse Suzanne.

1978, Abel & Suzanne Fournier

Mariage de la fille des Fournier

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
13 mars 2019 05:44:22

Articles annexes