Dossier n°10971 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2006

Edmond Cheval

Année de nomination : 2006
Date de naissance : 26/01/1905
Date de décés : 31/05/1967
Profession : gardien de la synagogue Notre Dame de Nazareth

Fernande Cheval Millet

Année de nomination : 2006
Date de naissance : 24/04/1905
Date de décés : 26/09/1971
Profession : MĂ©canicienne (dans une scierie)

Localisation Ville : Paris (75003)
DĂ©partement : Paris
RĂ©gion : ĂŽle-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

Fernande Cheval en 1958

Monsieur Cheval en 1964

Madame Marie-Louise COPOLOVICI, née ZYLBERBERG le 14 avril 1940 demeurait 24 rue Notre-Dame de Nazareth 75003 Paris avec son père, tailleur quant à sa mère, elle était hospitalisée en milieu psychiatrique.

Monsieur ZYLBERBERG fut arrêté en juillet 1942 et les sœurs de Marie-Louise en août 1942. Tous 3 sont morts en déportation.

Monsieur Edmond CHEVAL et sa femme Fernande, concierges de la synagogue de Notre-Dame de Nazareth, prirent en charge la petite Marie-Louise âgée de 2 ans et surnommée Malou. Ils l’élevèrent jusqu’à la Libération, comme leur propre fille. Ils l’emmenèrent à Plailly (Oise) et obtinrent de la mairie de cette commune de faux papiers faisant passer l’enfant comme une fille de la famille CHEVAL.

A la Libération, M. & Mme CHEVAL ont continué à élever Marie-Louise car les deux tantes de la fillette ne pouvaient l’aider. C’est à cette époque que l’O.S.E a accordée une pension à la famille CHEVAL jusqu’à ce que le 17 décembre 1946, Marie-Louise soit admise à la maison d’Enfants de la malmaison.

Par la suite, Marie-Louise ZYLBERBERG a été adoptée en « adoption plénière » le 25 juin 1972 par Monsieur et Madame COPOLOVICI.

Le 23 Novembre 2006, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Edmond Cheval et son épouse Fernande.

Edmond et Fernande CHEVAL en 1967

Famille CHEVAL, photo datant de 1949 devant la synagogue Notre Dame de Nazareth Ă  Paris

le 2 avril 1940, Le mariage de Fernande et de Edmond

Edmond Cheval et son fils le 26 mars 1998

Marie-Louise Zylberberg dite Malou

Documents annexes

Article de presse Article de presse
9 décembre 2013 11:05:50
Article de presse Article de presse
9 décembre 2013 11:05:36

Articles annexes

Aucun autre article