Dossier n°11001 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Andrée Nicol

Année de nomination : 2007
Date de naissance : 02/03/1903
Date de décés : 23/12/1963
Profession : pharmacienne

Localisation Ville : Levallois-Perret (92300)
Département : Hauts-de-Seine
Région : Ile-de-France

L'histoire


Andrée Nicol en 1945

Monsieur et Madame Orloff ont deux filles Clara (Claire) née en 1928 et Ethel née en 1926. La famille Orloff est arrêtée lors de la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942 à Paris. La famille venait de Russie en 1925 et tenait un commerce rue de Provence à Paris. Le commerce fut mis sous l’autorité d’un gérant aryen. Monsieur et Madame Orloff sont morts en déportation ainsi que leur fille Ethel.

C’est dans le camp de Drancy que Claire fait connaissance de Lucie Brauman, née Wainbaum, pharmacienne à Levallois-Perret, arrêtée sur la ligne de démarcation.

Ces deux personnes, Claire Orloff et surtout Lucie Brauman ont eu la vie sauve grâce à l’action d’Andrée Nicol, pharmacienne, collègue de Lucie. Andrée Nicol a réussi à obtenir la libération de Lucie Brauman en faisant valoir le fait que cette dernière était indispensable à l’avancement d’une recherche médicale qui, par hasard, concernait l’officier allemand en charge du camp.

De ce fait, Lucie Brauman fut assignée à résidence chez André Nicol et sous sa responsabilité. Andrée Nicol a hébergé Lucie jusqu’à la Libération et l’a protégée. Elle a également aidé et donné refuge à Claire Orloff à plusieurs reprises quand cette dernière a pu quitter Drancy.

Le 23 juillet 2007, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Andrée Nicol.

 

Andrée Nicol

 

Documents annexes

Invitation cérémonie Nicol Invitation cérémonie Nicol

Articles annexes