Dossier n°11134 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Renée Gimenez Cachard

Année de nomination : 2007
Date de naissance : 14/02/1922
Date de décès : 06/08/1961
Profession : Institutrice

    Localisation Ville : Alboussière (07440)
    Département : Ardèche
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    La famille Weill habite à l’Isle sur le Doubs dans le département du Doubs. A la déclaration de la guerre, Fernand Weil, le père, est mobilisé à Belfort au grade de capitaine à l’intendance militaire. En juin 1940, sa femme, ses trois filles Jacqueline, Mady et Colette et sa mère décident de quitter leur domicile. Elles arrivent à Privas en Ardèche où elles trouvent à se loger. Entre-temps, Fernand Weill est fait prisonnier par les Allemands en Autriche. Libéré après dix-huit mois en sa qualité d’ancien combattant de la Première guerre mondiale, il rejoint sa famille à Privas. Il trouve un emploi mais se fait limoger en tant que Juif. Il entre dans la Résistance avec sa fille Jacqueline âgée de 21 ans. Début 1943, un membre du réseau de résistance étant arrêté par la Gestapo, la famille Weill décide de se disperser.

    Colette, par l’intermédiaire d’une cheftaine d’éclaireuses protestantes, rejoint Renée Cachard, jeune institutrice de 20 ans dont le premier poste qu’on lui attribue se situe à Ponsoye, hameau de la commune d’Alboussière en Ardèche. Toutes deux vont vivre dans un logement situé au-dessus de l’école municipale. Mais quand elle a senti le danger, la peur d’une dénonciation, elle emmène Colette chez sa sœur Simone Bayle et son beau-frère Levy. Les Bayle sont aussi reconnus Justes parmi les Nations le 30 décembre 2004.

    Le 23 septembre 2007, l’Institut International pour la mémoire de la Shoah, Yad Vashem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Renée Cachard Gimenez.

    Documents annexes

    Invitation cérémonie GimenezInvitation cérémonie Gimenez

     




    Mis à jour il y a 8 mois.