Dossier n°11279B - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Pierre Mauger

Année de nomination : 2008
Date de naissance : 30/06/1914
Date de décès : 15/10/2003
Profession : Assureur

Elisabeth Mauger Dupaquier

Année de nomination : 2008
Date de naissance : 27/08/1889
Date de décès : 18/11/1972
Profession : sans profession, mère de 3 enfants
    Localisation Ville : Trouville (76210)
    Département : Seine-Maritime
    Région : Normandie

    L'histoire

    Rachmiel et Laja Giecyl, originaires respectivement de Lithuanie et de Pologne, sont arrivés en France dans les années 1930 et ont eu deux enfants, Pierre né en 1941 et Paulette née en 1943. Ils s’installent à Paris dans le 10ème arrondissement. Rachmiel travaille à Paris comme dessinateur dans une entreprise de peinture dont le patron est un résistant. En mars 1944, la famille se retrouve à la rue, l’appartement ayant été placé sous scellés.

    Monsieur Giecyl prévient son patron qui demande alors à un autre résistant, Jacques Prévost, de prendre en charge la famille Giecyl, ce qu’il fait avec sa femme Gisèle.

    Malgré les risques grandissants, les bombardements sont de plus en plus fréquents sur les Usines Renault proches de l’immeuble où vivent les familles Prévost et Giecyl. Gisèle Prévost décide de quitter Paris avec ses deux enfants, Jean et Pierre, laissant le soin à son mari Jacques de trouver une solution pour continuer à assurer la sécurité de la famille Giecyl.

    C’est alors que Jacques Prévost contacte Jacques Dupaquier qui prend avec sa mère Thérèse le relais de la famille Prévost et participe au sauvetage de la famille Giecyl. Il demande à sa mère Thérèse qui vivait au Havre de chercher une œuvre catholique qui pourrait les héberger. Devant le refus essuyé, Thérèse prend le risque de venir elle-même à Paris chercher Paulette et Pierre Giecyl et de les emmener jusqu’au Havre.

    Là, elle les confie à un cousin de Jacques, Pierre Mauger, qui les met en sécurité dans une maison familiale à Trouville-Alliquerville en Seine-Maritime. Pierre et sa mère Elisabeth ont pris soin des enfants jusqu’à la fin de la guerre, les présentant comme des membres de leur famille.

    Les familles restent amies jusqu’en 1960, année du départ de la famille Giecyl au Brésil.

    Rachmiel et Laja Giecyl décédèrent à Paris respectivement en 1979 et en 1999. C’est grâce à internet que Paulette a pu retrouver Gisèle Prévost et Jacques Dupaquier en 2006.

    Le 27 février 2008, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Madame Elisabeth Mauger et à son fils Monsieur Pierre Mauger, le titre de Justes parmi les Nations.

    Documents annexes

    Invitation cérémonieInvitation cérémonie

    Articles annexes

    Les médias externes :







    Mis à jour il y a 2 semaines.